décembre 2017
L Ma Me J V S D
« nov    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Catégories

Chiboz

Pour la deuxième fois en à peine plus d’un mois, je déplace l’article du jour initialement prévu.
Car cette nuit m’est arrivé un SMS que je n’ai découvert qu’au petit matin, m’annonçant que ma chère Dame de Chiboz et sa famille font une fois de plus face à un deuil.

Souvenez-vous…
En 2015, je consacrais une lettre ouverte à sa soeur, Anne-Marie, qui lisait Ecriplume depuis le Canada où elle habitait.
Anne-Marie, petite soeur de mon amie, venait d’apprendre que la maladie la touchait.
A partir de ce moment, nous avons échangé quelques messages et, surtout,  nous avons pu faire connaissance au mois d’avril de cette année, lorsqu’elle est venue assister au double anniversaire de la Dame de Chiboz et de son époux.
Elle avait effectué le voyage avec son frère Eric, malade lui aussi.
Tous deux ont fait preuve d’un courage exceptionnel pour entreprendre ce périple.
Mon Capitaine et moi avions alors découvert un homme et une femme magnifiques, drôles, courageux, dignes…

En octobre, Eric s’envolait pour son dernier voyage.
Et cette nuit, sa petite soeur l’a rejoint.
Anne-Marie était un oiseau pétillant, joyeux, courageux, libre et lucide.
Tous deux sont ailleurs, mais pas très loin…

Aujourd’hui est le dernier jour d’ouverture du restaurant, à Chiboz.
Ce sera un jour qui demandera beaucoup d’énergie à toute l’équipe, et je sais que nos amis seront tout entiers à leur tâche.
Ce sera aussi un jour de fête, comme me le disait ma chère Dame de Chiboz tout à l’heure, au téléphone.
Ce n’est qu’après, je pense, que le deuil commencera…
Mais un deuil peut aussi être un fabuleux hymne à la vie.
Merci à elle de nous avoir permis de connaître ces deux belles personnes qui ont enchanté le quotidien de leur famille.

Le cocon aimant et la douce tendresse de nos amis de Chiboz va faire son oeuvre…
Je pense à eux tous et à ceux qui ont à supporter ce nouveau départ prématuré.
J’espère que chacun d’eux sait que notre porte et nos bras leur sont ouverts…
Et toi, mon amie… que c’est beau tout ce que tu leur as donné.
Ceux qui sont partis n’auraient pu rêver être mieux entourés.

Martine Bernier

J’avais prévu un texte pour aujourd’hui, que je passerai demain.
Car hier soir m’est arrivée une triste nouvelle, un deuil qui affecte profondément la Dame de Chiboz et sa famille.
Celui qui les a quittés hier a touché et ému jusqu’au bout celles et ceux qui l’ont entouré et qui ont pris soin de lui durant cette dernière étape.
Sans doute parce que, jusqu’au bout, il a été fidèle à lui-même: courageux, courtois, digne, continuant à s’inquiéter des autres alors qu’il souffrait terriblement.
Mon Capitaine et moi avons reçu la nouvelle avec tristesse, pensant à lui et à ses proches qui, aujourd’hui, font leurs premiers pas sur le chemin de ce deuil si difficile.
La vie est décidément un voyage perpétuel, dont l’ultime escale est la plus mystérieuse.
Je suis aujourd’hui par le coeur et par l’esprit auprès de celles qui ont aujourd’hui à affronter l’après…

Martine Bernier

 

J’ai eu la semaine dernière le bonheur de rencontrer deux des frères et soeur de la Dame de Chiboz, venus du Canada pour assister à la grande fête des 70 ans.
Une double rencontre qui m’a marquée de son empreinte.
Nous avions déjà échangé quelques mails avec Anne-Marie, pétillante, profonde et drôle.
La rencontrer enfin a été une révélation…
La Dame de Chiboz m’avait parlé de son frère Eric, dont nous avons donc fait la connaissance le week-end passé.
Et encore un bel être humain, à la personnalité marquante.
Le contact s’est installé tout naturellement et j’ai réalisé que l’authenticité, l’humour et la gentillesse sont décidément une marque de fabrique familiale…
Nous avons eu une  conversation au cours de laquelle il nous a raconté cette anecdote qui m’a à la fois touchée et amusée:

- Je suis célibataire et je n’ai pas d’enfants, mais je suis très attaché à mes neveux et nièces. D’ailleurs, dans la famille, on m’appelle Tonton Bonbon.
- Pourquoi?
- Parce que j’ai une spécialité: la soupe aux bonbons! Je prends une marmite et je la remplis de friandises. Puis j’appelle les enfants, après un repas, pour leur dire: venez, maintenant nous allons manger la soupe! Les premières fois, ceux qui ne savent pas de quoi il s’agit refusent. Donc, j’essaie de convaincre l’un d’eux de me suivre jusqu’à la marmite, juste pour goûter. Evidemment, une fois qu’il a vu ce qui s’y trouve, il est beaucoup plus enthousiaste!

Mon Capitaine et moi l’avons regardé, et j’ai souri en imaginant la surprise et la joie des enfants.
Son personnage me semblait tout droit sorti d’un épisode de Fifi Brindacier, qui concrétise les rêves d’enfants les plus fous!

Ce matin, Eric et Anne-Marie vont reprendre l’avion pour le Canada et je sais qu’ils vont énormément manquer à leur soeur comme à toute la famille.
Je leur envoie une pluie de pensées amicales et de voeux pour les jours, les semaines et les mois à venir!

Martine Bernier