février 2018
L Ma Me J V S D
« jan    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728  

Catégories

Déco

En février 2016, j’avais fait l’acquisition d’une lampe Tiffany.
Pas d’une originale signée par Louis Comfort Tiffany, ne rêvons pas, mais d’une plus récente, issue de l’entreprise qui lui a survécu.
Un véritable bonheur pour moi: j’en rêvais depuis très longtemps…
Quelques mois plus tard, lors d’un séjour à Colmar, j’ai failli recraquer, mais j’ai résisté.
Nous vivions alors en appartement et je n’aurais pas su où installer une autre pièce.
Puis nous avons emménagé dans notre maison où nous avons désormais plus d’espace.
Toujours fascinée par ces lampes spectaculaires incrustées de mosaïques de verres colorés, je n’ai jamais arrêté de guetter les ventes sur le site où j’avais trouvé ma première Tiffany.
En vain.

Il y a deux semaines environs, j’ai reçu un mail venu d’une entreprise chinoise.
Après avoir lu mon premier Ecriplume consacré aux Tiffany, elle m’annonçait en vendre à petits prix et me transmettait un lien
Je me méfiais: les sites chinois ne sont pas réputés pour la qualité de leurs produits…
J’avais raison: il ne m’a pas fallu deux minutes pour comprendre que je me trouvais évidemment sur un site de copies…
Je commençais à me résoudre à l’idée qu’il me fallait renoncer à habiller certaines pièces de la maison de la lumière magique des Tiffany, d’autant qu’elles sont rares ou hors de prix dans les brocantes.

J’ai attendu deux ans quasiment jour pour jour…
Et, voici dix jours, un message m’a appris que le site qui m’avait vendu ma première acquisition organiserait une vente de six jours sur le thème que j’espérais.
La vente commençait  lundi dernier à 8 heures.
Le style Art Déco revient au goût du jour, et je sais qu’un article peut rapidement être épuisé lorsque les amateurs sont en chasse et souhaitent profiter de prix cassés.
A 8h05, j’étais en ligne… et je découvrais plusieurs gammes de Tiffany très différentes les unes des autres.
Celles que je recherche sont à la fois  très classiques et difficiles à trouver: je les souhaite ornées de couleurs chaudes et dans des formes très proches des premiers modèles de la marque.
Et j’en ai découvert deux correspondant à ma recherche.

Il ne me reste plus qu’à attendre leur arrivée… sachant que le moment où nous les allumerons me réservera ce petit coup au coeur que je ressens à chaque fois que je découvre la lumière de ce genre d’objet.

Martine Bernier

1

Je reçois régulièrement la newsletter d’une maison de décoration… dont je ne citerai pas le nom histoire de ne pas transformer mon jardin secret en propagande publicitaire.
Bref.
Cette entreprise très présente sur Internet fonctionne sur la France, mais aussi sur la Suisse.
Sa force?
A travers des ventes privées, elle propose de très jolis objets regroupés autour d’un thème.
C’est par leur biais que je me suis procuré cette lampe Tiffany qui trône depuis dans le salon.
Je regarde souvent la newsletter, car ces ventes sont servies par des photos superbes et des mises en scène imaginatives.
Comme la dernière en date…
Le thème de la vente porte sur l’Art Nouveau viennois, sous le titre « Klimt nous inspire ».
Gustav Klimt… ce peintre symboliste autrichien dont l’univers m’interpelle…
La vente met en valeur des impressions sur bois de reproductions de ses oeuvres principales, et en profite pour proposer des meubles, des lampes, des miroirs, etc, accordés à l’atmosphère et à l’époque de la création des toiles.
Etonnant…
Je ne pourrais pas vivre dans un tel environnement, mais je suis sensible à la poésie qui entoure l’oeuvre de Klimt.
Ce n’est pas la première fois que des reproductions artistiques se retrouvent sur des objets de décoration, évidemment.
Mais je n’imaginais pas qu’une simple newsletter pourrait m’offrir un moment de dépaysement aussi agréable qu’inattendu!

Martine Bernier

Vanilla-European-banker-font-b-lamp-b-font-lighting-font-b-Tiffany-b-font-retro-Jiang

Il fut un temps où les lampes de bureau banker étaient très en vogue.
Pour l’anniversaire de notre rencontre, mon Capitaine m’en a offert une d’inspiration Tiffany, ornée d’un papillon.
Elle est très semblable à celle dont je fais paraître la photo, à ceci près que le papillon de la mienne est à l’envers de celui-ci.

J’ai envie de sourire en pensant aux moues désabusées de celles et ceux qui ne sont pas du tout sensibles à ce genre d’objet.
C’est vrai, je l’avoue, je vogue une fois encore très loin des autoroutes de la mode.
Mais il n’y a pas de mots pour décrire l’atmosphère chaude et feutrée que ces lampes ont le don d’installer dans une pièce.
Sur mon grand bureau plutôt encombré, trônent désormais deux lampes.
La première est une lampe de chevet elle aussi d’inspiration Tiffany.
J’y tiens: elle est la première que j’ai acquise, il y a longtemps et elle a son charme.
La seconde est donc cette nouvelle venue, qui diffuse une lumière orangée, très douce.
Avec ces coupoles de verres teintés, pas de lumière blanche et crue.
Celle qui envahit la pièce est enveloppante, apaisante, réconfortante.
D’autres lampes de ces styles habitent l’appartement.
Mais seule la  Tiffany pure trône au salon.
Quelle que soit la pièce dans laquelle je me trouve, dès que j’en allume une, je suis  happée par leur lumière.
La lumière parfaite à mes yeux…

Martine Bernier