octobre 2017
L Ma Me J V S D
« sept    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Catégories

Enfants

Nawee est celui de mes petits-enfants qui a la personnalité la plus complexe.
A 2 ans et quelques mois, il balade son sourire et son regard  amusé en ne cédant pas aux sirènes des adultes.
Nawee n’est pas un enfant qui vous court dans les bras à chaque visite: il s’apprivoise.
C’est ainsi que, depuis son arrivée, nous nous observons.
Intrigué par mon Capitaine, il entretient une relation mêlée de jeux et de respect avec lui.
Il sait qu’avec ce géant barbu, il peut compter sur un compagnon de jeux, mais qu’il y a des limites à ne pas franchir.

Par rapport à moi, les choses sont plus délicates.
Lors de nos visites, jusqu’à la fin de l’année dernière, il s’est contenté de m’approcher de temps en temps, m’offrant des touches de tendresse aussi rares que précieuses.
Je ne l’ai pas forcé.
Mon idée était plutôt d’essayer de comprendre son fonctionnement et de trouver le terrain sur lequel je pourrais le rejoindre.
Hier était donc un jour important pour moi: la petite famille venait passer la journée au Nid…. et j’avais bien l’intention de consacrer l’essentiel de mon temps aux trois petits, et  à ce petit bonhomme en particulier.

J’ai donc bien réfléchi en préparant des jeux qui pourraient l’intéresser.
Je m’attendais à capter son attention quelques instants avant qu’il ne reprenne sa vie de petit aventurier… et c’est tout l’inverse qui s’est produit.
Allez savoir pourquoi: le déclic semble avoir eu lieu.
Toute la journée, Nawee s’est intéressé à ce que je lui proposais, a accepté de jouer,  a demandé lui-même à venir sur mes genoux, m’a même réservé des gestes de tendresse auxquels il ne m’avait pas habituée jusqu’ici.
Un cadeau… un véritable cadeau!

Sous l’oeil de sa maman et de son papa, j’ai  savouré cette journée…
Et je garde en mémoire un moment très drôle: un moment de jeux un peu particulier.
Imaginez un fauteuil prévu en principe pour une personne, mais doté deux larges accoudoirs.
La place principale me revient.
Sur l’accoudoir de gauche: Kim, 10 ans, un peu à l’étroit, mais qui assure qu’il ne bougera pas!
A ma gauche, Nawee, blotti contre moi.
Pour couronner le tout, Pomme, qui n’ayant aucune envie de ne pas être de la partie, a sauté elle aussi sur le fauteuil et s’est faufilée derrière Nawee, bien décidée à rester en place.
Et , en face de nous, sur le sol, installé dans son siège, Timoté, neuf mois, commentant la scène avec de joyeux gazouillis.
Un mille-feuille de bonheur…

Martine Bernier

 

carrc3a9-avec-les-noms

La première fois que j’ai entendu parler de la pédagogie des Octofun, j’ai très vite réalisé que Françoise Roemers-Pumey avait eu une excellente idée.
Cette institutrice belge formée à la méthode des intelligences multiples d’Howard Gardner a créé ces  boules d’énergie permettant à chacun de découvrir ses différentes facultés à l’aide d’un outil: les Octofun.

Françoise Roemers-Pumey  explique qu » il est important de comprendre que ce ne sont pas des personnages mais bien des boules d’énergie que nous avons tous en nous. Cette différence est fondamentale pour les enfants. Ils prennent très vite conscience de celles parmi leurs boules d’énergie qui sont petites et de celles déjà bien puissantes. Un lien d’affection se crée rapidement avec les Octofun qui sont en eux … avec leurs Octofun ! Cette conscience et ce lien d’affection changent complètement l’approche des enfants à l’apprentissage et sa dynamique : ils travaillent pour faire grossir leurs boules d’énergie et non plus pour faire plaisir à papa et maman, ou à madame ou monsieur.

Cette famille est donc composée de huit boules d’énergie colorées:

- Vitafun, le multicolore, aime observer, classer, respecter la nature. Il est intelligent avec la nature.
- Mathifun, le violet, aime organiser, analyser, compter. Il est intelligent avec la logique et les nombres.
- 3Dfun, le bleu foncé, aime regarder, dessiner, colorier. Il est intelligent avec les images.
- Alphafun,le  bleu plus clair, aime lire, écrire, raconter. Il est intelligent avec les mots.
- Multifun, le vert, aime partager, s’amuser avec ses copains, réconcilier. Il est intelligent avec les autres.
- Funégo, le jaune, aime être seul, utiliser ses forces, se concentrer. Il est intelligent avec lui-même.
- Mélofun, l’orange, aime chanter, siffler, jouer d’un instrument de musique. Il est intelligent avec les sons et la musique.
- Bodyfun, le rouge, aime bouger, toucher, manipuler. Il est intelligent avec le corps.

Vous commencez à comprendre le principe?
La reconnaissance des intelligences multiples ouvre la porte au respect des différences de chacun et révèle les multitudes de manières de s’épanouir et de laisser une trace dans ce monde.
Cette pédagogie s’appuyant sur les Octofun est intéressante pour tous, particulièrement pour les enfants en difficulté scolaire.
Son univers se base sur « la positive attitude pour apprendre » et permet notamment à l’enfant de découvrir et de connaître ses qualités,  ses intelligences multiples et le potentiel formidable qu’elles déclenchent lorsqu’elles sont associées les unes aux autres.
Le principe de base est simple et comporte quatre grands principes:
- Chacun de nous possède ses 8 Octofun.
- Tout au long de sa vie, on peut constamment développer chaque Octofun.
- Souvent, les Octofun agissent et s’amusent ensemble.
- Il y a de nombreuses manières d’utiliser chacun d’eux.

Parce que le sujet m’intéresse et que j’avais envie de contribuer à le faire connaître, j’ai pris contact avec Aurélia, la fille de Françoise Roemers-Pumey, et elle a eu la gentillesse de me faire parvenir le matériel en lien avec les Octofun.
J’ai donc passé ma soirée d’hier à découvrir cet univers ludique et c’est parce que leur utilisation  simple et intelligente m’a séduite que j’en parle aujourd’hui.
Car non seulement le Guide méthodologique pour les enseignants: La pédagogie des Octofun peut intéresser les instituteurs et leur donner de nouvelles pistes dans leur façon d’aborder leurs élèves,  mais, en plus, un jeu de cartes, un petit livre d’activité et livret Notre famille Octofun permettent de poursuivre l’aventure chez soi, à travers des activités drôles, créatives et intelligentes.
Des animations qui permettent de développer des méthodes de travail et d’organisation différentes en fonction de chaque enfant.
Un exemple?
Multifun, le vert, tourné vers les autres, vous vous souvenez?
Pour mieux travailler, il pourra apprendre par le jeu avec les autres (scrabble, jeux de cartes…), expliquer à quelqu’un ce qu’il vient d’apprendre, travailler avec les autres pour partager ses idées, réaliser des projets de groupe, aider et les autres à résoudre leurs problèmes…

Une prise de conscience de ses aptitudes multiples et une méthode joyeuse pour découvrir comment  les utiliser: une excellente manière d’aborder la vie et l’étude de façon sereine…

Martine Bernier

Les Octofun

Avez-vous vu cette semaine ce document de France 2  dans lequel de jeunes adolescents témoignaient du calvaire que leur ont fait vivre certains de leurs « camarades » d’école durant parfois des années?
C’est parce que plusieurs suicides d’enfants ont eu lieu qu’enfin le problème est rendu plus largement public et que l’Etat français se penche sur la question.
J’ai écouté les témoignages de ces jeunes, témoignages qui vous déchirent le coeur.
Cela fait bien longtemps que l’école n’est pas un lieu idyllique où la connaissance et le savoir sont enseignés en toute quiétude.
Une image que nous présentons pourtant à nos enfants pour leur donner envie de s’y rendre le coeur léger…
Il suffit qu’un enfant soit pris en grippe par un autre pour que ses années d’école tournent au cauchemar.
Cela existe depuis toujours.
Il suffit de se plonger dans la littérature pour le comprendre.
C’est pire aujourd’hui alors que le harcèlement continue hors des cours de récréation, « grâce » à la technologie moderne.
Le cyberharcèlement est un jardin où la cruauté s’épanouit en quasi liberté…
Après avoir regardé cette émission et le débat, j’avais le coeur gros.
Bien sûr, des ébauches de solutions commencent à se dessiner.
Mais combien d’enfants subissent toujours en silence sans oser  parler?
Je pensais bien sûr à nos petits-enfants.
Comment les armer pour qu’ils ne soient jamais harcelés… mais également jamais harceleurs?
Comment leur apprendre à ne jamais servir de gibier, et à ne pas  hurler avec la meute?
Et ce fameux proverbe me revient une fois de plus en mémoire:
« Il faut tout un village pour élever un enfant… »

Martine Bernier