novembre 2017
L Ma Me J V S D
« oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Catégories

Famille

Il arrive que certains des articles sur lesquels je travaille m’interpellent plus que d’autres.
Et l’un de ceux que je viens de terminer m’a donné une idée.
Avez-vous remarqué que, aujourd’hui, les jeunes parents se sentent presque coupables lorsque leurs enfants leur dit qu’ils s’ennuient… alors qu’ils n’ont jamais été aussi sollicités et divertis qu’aujourd’hui?
Dans notre société actuelle, dès qu’un enfant sollicite notre attention, nous répondons à son attente, le distrayant, l’occupant…
Mais ce n’est pas forcément une excellente idée si l’on en croit le nombre de spécialistes qui estiment que l’ennui est tout aussi nécessaire au développement d’un enfant que les activités sportives ou culturelles qui lui sont proposées.

Et c’est là qu’un souvenir m’est revenu en mémoire.
Lorsque j’étais enfant, je passais beaucoup de temps, sans forcément l’avoir choisi, dans la cuisine de ma grand-mère maternelle qui vivait au rez-de-chaussée de la maison que nous occupions… et qui était la sienne.
Elle ne faisait pas partie d’une génération où l’on distrayait les enfants.
Mais elle m’avait attribué le tiroir du bas de l’un de ses meubles de cuisine.
Tiroir que j’avais secrètement baptisé « Le Tiroir anti-ennui ».
Comme je savais que le temps était long lorsque je passais des heures livrée à moi-même, à côté du fourneau à bois, je remplissais ce tiroir d’une foule de petites choses dans lesquelles je puisais pour me désennuyer.
J’y avais mis du papier, des crayons, des restes de laine multicolores, des boutons, des bouts de rubans, des morceaux de bois aux formes sympas, de la colle, des ciseaux à bouts rond, un ou deux magazines remplis d’images…
Et je passais un temps fou à m’inventer des histoires, à classer les boutons par couleurs, à faire du scrapbooking avant l’heure, assise sur le sol en compagnie des animaux de la maison et de ma poupée…
Personne ne me dérangeait et je ne dérangeais personne.

Aujourd’hui, j’ai réservé des coffres et des poufs creux à l’usage des petits-enfants.
Leur « pouf anti-ennui » bien à eux!

Martine Bernier

Je reviendrai sur ce week-end plus tard, mais en voici un petit avant-goût explicite.
Mathieu, le compagnon de ma belle-fille Héloïse, est un jeune homme dont l’humour n’est pas la moindre des qualités.
Entre lui et mon fils, le contact est passé immédiatement.
Le midi, à table, nous parlions animaux de compagnie.
Avec le plus grand sérieux, Mathieu nous explique que, voici quelques années, « il avait besoin d’un peu de compagnie » et s’était acheté… un bernard-l’hermite.
Ce qui a déclenché chez moi un fou rire irrépressible:
- Mais… c’est sérieux?
- Oui, oui! Bon, comme animal de compagnie, ce n’est pas tout à fait ça, mais c’est intéressant à observer!
- Mmmm… et côté conversation?
- Très peu…

Martine Bernier

Hier matin, tôt, mon fils m’annonce par SMS qu’il va procéder à des incantations pour que ma prise de sang se passe bien, connaissant par ouï dire le joyeux bazar que ce genre d’événements peut provoquer chez moi.
Pour étayer son propos, il joint une vidéo où il ânonne des incantations sur un ton monocorde  devant un petit ballon de baudruche qui semble miraculeusement flotter dans l’air sans être attaché et sans redescendre, répondant à des gestes bizarres qu’il effectue autour de lui.
Je découvrirai sur une deuxième vidéo que la clé du mystère réside apparemment dans une petite source de chaleur qui pousse le ballon vers le haut.

Nous plaisantons un bon moment sur le sujet, et je lui précise que s’il pouvait par la même occasion entamer la danse de la pluie, je lui en serais très reconnaissante.

La journée se passe.
Je dirais que les incantations concernant mon passage au labo ont eu peu ou pas d’incidence.

Mais ce matin… il pleut et l’orage tonne!
Mince!
Nous avons un Grand Marabout dans la famille!

Martine Bernier