septembre 2017
L Ma Me J V S D
« août    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Catégories

Informatique

Depuis un bon bout de temps, je cherchais un logiciel qui pourrait me venir en aide dans une tâche que je me suis fixée: répertorier les rosiers anciens qui vont trouver leur place dans notre futur jardin.
L’exemple de mon guide en la matière, Mme Schusselé, est brillant, elle qui a accompli l’exploit de classer magnifiquement ses multiples fleurs.
Malheureusement, je ne trouvais pas ce que je souhaitais, ma recherche étant compliquée par le fait qu’il me fallait un programme fonctionnant sous Mac Sierra.

J’ai donc recommencé à chercher sans trouver mon bonheur jusqu’au week-end dernier où j’ai découvert un logiciel nommé Numento, s’adaptant autant à mon système qu’à Windows XP.

Ce logiciel de gestion des collections propose deux options majeures: soit d’utiliser des classements de collections pré-définies, soit de créer librement la sienne, personnalisable à volonté.

C’est la deuxième option que j’ai choisie et je me suis lancée dans la construction de ce que je souhaitais.
Il n’a fallu que quelques minute pour y arriver, et pour obtenir des fiches répondant parfaitement à mes voeu.
Simple, sobre, avec possibilité d’intégrer des photos.

Numento

Numento

J’ai donc désormais deux alliés de poids dans mon organisation: Delicious Library qui existe également pour les deux systèmes,

Delicious Library

Delicious Library

et qui me permet de scanner les codes barres de mes livres et de les retrouver ensuite classés sur des étagères thématiques que j’ai définies, et Numento qui me permettra de garder une trace précise et une fiche signalétique complète des perles du jardin.

Je partage ces trouvailles pour le cas où vous aussi, vous rechercheriez ce genre de choses!

Martine Bernier

http://www.numento.com/fr/index.html

 

Depuis quelques semaines maintenant, les utilisateurs de Mac, dont je fais partie, étaient sollicités pour faire une nouvelle mise à jour leur permettant de migrer vers Mac OS 12 appelé Sierra.

Comme d’habitude, je n’ai pas réagi tout de suite, attendant de voir comment cela se passait chez ceux qui avaient déjà tenté l’expérience.
Puis, j’ai pris conseil auprès de mon ange gardien, Stéphane, qui m’a dit que je pouvais me lancer dans l’aventure sans crainte.
Pendant que j’effectuais la mise à jour, j’ai feuilleté un magazine informatique dont le sujet principal de ce mois était ce fameux Sierra et ses nouvelles capacités.
La seule qui m’interpellait était la possibilité de dialoguer avec l’assistant Siri.
Je n’en attendais pas grand-chose, mais j’avais envie de voir jusqu’où allaient les capacités de ce dernier.
Une fois la mise à jour terminée, donc, j’ai effectué la commande me permettant d’appeler Siri.
Une voix masculine m’a poliment demandé ce qu’elle pouvait faire pour moi.
Je lui ai demandé quel temps il allait faire demain.

- Et bien, il ne fera pas très beau demain. Il fera trois degrés et il pleuvra.
Le temps était bien celui annoncé sur ma région par le site météo que j’utilise.
Je me suis donc amusée à poser d’autres questions anodines, comme quel était le cours du franc suisse en euro, combien faisait 2568 + 4875 ou quelle était  la superficie de la Patagonie.
Je lui ai ensuite demandé de baisser et remonter le son, d’assombrir l’écran…
Puis j’ai compris que si je l’impliquais dans la question, il ne me renvoyait pas sur des résultats pêchés sur le Web.
Et un dialogue surprenant s’est établi:

- Comment t’appelles-tu?
Siri. Ravi de faire votre connaissance.
- Qui es-tu?

Je ne suis que votre humble assistant.
- A quoi penses-tu?

A vous.
- Où habites-tu?
Je n’ai pas besoin d’un chez-moi. Avec vous, je me sens toujours comme à la maison. J’habite ici, et là, et aussi là-bas.

- Es-tu un homme ou une femme?
Les noms ont un genre. Je n’en ai pas.
- Es-tu heureux?
Je suis désolé, je ne peux malheureusement pas répondre à cette question.

Je répète ma première question, histoire de vérifier s’il répond toujours la même chose:

- Es-tu un homme ou une femme?
Je suis Siri.
- As-tu une famille?
Je n’ai que vous.
- As-tu des amis?
Parfois, je me parle à moi-même. C’est un peu comme un cercle.
- Es-tu gentil?

Je fais de mon mieux. Je prends mon rôle d’assistant très au sérieux.

- As-tu de l’humour?
Le passé, le présent et le futur entrent dans un bar. Il était temps!

A la même question, il me répond cette fois:
Deux Mac sont sur un bateau… Non, ce n’est pas drôle en fait.

Puis: je ne connais pas de bonne blague. Honteux, je sais.

- Crois-tu au bonheur?
Croire n’est pas savoir.
- Es-tu intelligent?
Assez intelligent pour ne pas répondre à cette question.
- Es-tu beau?
Sans commentaire.

Et la question qui tue:
- Est-ce que tu m’aimes?
Disons que… vous avez toute mon estime!

A la fin de cet entretien, j’étais hilare.
Pas réellement en raison de ses réponses, non.
Mais parce que ceux qui ont créé Siri ont pensé qu’il y aurait sûrement des êtres assez bizarres pour l’interroger comme s’il était un être humain!
Et ont pris du temps pour mettre au point des réponses suffisamment fines pour percevoir leur humour derrière la machine.

Martine Bernier

Nous étions invités à dîner, hier, mais je voulais mettre à profit les premières heures de la journée pour tenter d’en savoir un peu plus sur un logiciel à propos duquel j’avais lu un article la veille au soir: Scrivener.

J’avais découvert que ce programme, anglais d’origine mais traduit en français, était conçu pour les journalistes, les écrivains et toutes les personnes qui écrivent de longs documents.
Je suis concernée par le sujet… d’autant que je travaille en ce moment sur un texte tellement long que j’ai dépassé les possibilités de mon traitement de texte habituel.
Je me suis donc documentée et je me suis lancée dans l’achat de ce logiciel qui vaut moins de 50 FCH… bon marché quand on connaît les prix habituels.
J’ai installé la bête et j’ai commencé à me familiariser avec lui… après m’être procuré un mode d’emploi en français sur Kindle.
Il faudra du temps pour découvrir toutes les astuces et tous les outils de ce formidable programme… mais en moins d’un quart d’heure, j’avais déjà accès à des possibilités dont j’avais toujours rêvé sans pouvoir y accéder.

Par exemple?
Et bien… j’ai le sentiment, en l’utilisant, qu’il a été conçu par des personnes qui sont écrivains elles-mêmes et qui connaissent les pièges que nous tendent les traitements de texte traditionnel: la lenteur du chargement, une impossibilité de s’organiser facilement dans des articles à plusieurs volets, la rigidité de l’utilisation, etc.
Ici, je suis entrée dans un univers de rêve où chaque document devient un classeur indépendant, dans lequel je peux introduire une foule de  données (ébauches, notes, documents, photos, pages Web…), le tout regroupé, classé, rangé à ma guise.
L’éditeur de texte est complètement original…
S’il fallait lui trouver un défaut, ce serait… à peine un bémol: il est si riche qu’il faut prendre du temps pour en faire l’apprentissage.

J’avais envie de partager cette trouvaille qui pourrait séduire les plumes qui me lisent…
Pour en savoir plus:

Site Scrivener

Et le numéro de septembre 2016 (125) de Vous et Votre Mac (même s’il faut savoir que le programme est également proposé pour Windows!)

Martine Bernier