décembre 2017
L Ma Me J V S D
« nov    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Catégories

Insolite

 

A première vue, ce sont des livres.
Mais de livres… ils n’en ont que la couverture et le titre.
Ce sont en réalité des carnets poche devenus les incontournables de la papeterie Gallimard.

Ils possèdent des pages vierges légèrement lignées, précédées par une citation extraite de l’oeuvre dont ils portent le titre.

C’est tout bête, me direz-vous.
Mais qui sait… peut-être inspireront-ils les écrivains en herbe qui s’en offriront ou s’en verront offrir un!

Martine Bernier

 

Hier, nous passions la soirée avec des amis lorsque la conversation a roulé sur les traditions et autres particularités de la région.
Et notamment sur les fontaines Saint-Desle.
Voici leur histoire telle que mon Capitaine me l’a racontée:

Un jour, un berger a vu arriver un voyageur assez miséreux.
Ce dernier lui a demandé de l’accompagner pour lui montrer son chemin.
Mais le pâtre n’osait pas laisser son troupeau seul.
L’inconnu lui a donc expliqué qu’il pouvait le suivre sans crainte.
Il a planté la houlette du pâtre dans le sol en lui disant que ses animaux ne s’en éloigneraient pas.
Tous deux sont donc partis.
Au retour du berger, le troupeau n’avait pas bougé.
Et à la place du bâton coulait une fontaine d’eau claire…
Dans ce pays catholique, de nombreuses légendes comme celle-ci existent.
On en retrouve d’ailleurs des similaires un peu partout dans le monde.

Bien plus tard dans la soirée, alors que nous étions rentrés, mon Capitaine est allé chercher un livre dont je parlerai prochainement.
Et il m’en a lu quelques pages…
Une soirée douce et édifiante…

Martine Bernier

Vers minuit et demi, dans la nuit de mardi à jeudi, j’ai été réveillée par un bruit que je n’ai pas l’habitude d’entendre à pareille heure.
Des avions…
Et pas n’importe quels avions, visiblement.
Le matin, j’en ai parlé à mon Capitaine qui, bien sûr, les avait entendus lui aussi.
Il m’a expliqué que nous sommes à moins d’une demi-heure de Luxeuil Saint Sauveur.
C’est là qu’est installée la base aérienne 116 « Lieutenant-colonel Papin ».
Et ce que nous avons entendu était le bruit des avions qui lui sont attachés, les pilotes devant cumuler un certain nombre d’heures de vol nocturne, m’a expliqué Celui qui m’accompagne.
Le lendemain matin, j’étais au jardin lorsque l’un de ces avions est passé au-dessus de la maison.
Nous n’en voyons pas tous les jours, mais, lorsqu’ils passent, ils ne volent pas à très haute altitude, ce qui nous permet de les admirer.
Car il faut bien l’avouer… ils sont impressionnants.
Si j’ai bien compris, ce sont des Mirage 2000 bardés d’une technologie de pointe, très sophistiquée.
En dehors des aventures de Tanguy et Laverdure, de quelques reportages réalisés lors de meetings aériens, et d’émissions visionnées sur le sujet, je ne connais rien à cet univers.
Autant dire que nos nouveaux voisins m’intriguent…

Martine Bernier