septembre 2018
L Ma Me J V S D
« août    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Catégories

Littérature

Unknown

Chaque année, à la même époque, je reprends ici le même rituel.
Le nouveau roman d’Amélie Nothomb marque la rentrée littéraire et je ne manque jamais de le lire.

Cette fois, donc, pour le 26e opus, nous partons avec elle explorer un sujet vieux comme le monde et toujours aussi douloureux: celui de la trahison sentimentale et de la vengeance.
Reine quitte Claude pour se marier avec un autre.
Le jeune homme va rencontrer et épouser Dominique, une jeune bretonne qu’il va entraîner à Paris.
Sur les supplications de Claude qui veut un enfant, une petite fille naîtra, baptisée Epicène.
Mais tout ne va pas se passer comme prévu…

L’écriture  est toujours aussi belle, aussi fine, aussi délicate.
Le scénario est bien conçu et les personnages intéressants.
Comme à chaque fois, la fascinante Amélie nous scotche dès les premières pages et nous assène une fin inattendue qui nous assomme.
Mais, entre ce début et cette fin, il manque juste un soupçon de… mais de quoi, au fait?
De crépitement, d’étincelle…
S’il s’agissait d’un premier roman, tout le monde s’extasierait.
Mais cette merveilleuse écrivaine nous a déjà offert des pages sublimes qui ont placé la barre très, très haut et qui nous font attendre le meilleur.
Attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit: je ne suis pas déçue et j’ai aimé son livre.
Manquait juste un soupçon de bulles dans ce joli champagne littéraire.

Martine Bernier

 

« Les prénoms épicènes » Amélie Nothomb, Albin Michel

cef293400b2ba0fc623d125d0fff05e2

Les téléspectateurs suisses romands connaissent bien la journaliste Manuella Maury, qui officie dans diverses émissions depuis de nombreuses années.
Aujourd’hui, c’est son histoire et des pans de son enfance qu’elle nous raconte à travers un livre touchant et limpide, proposant une série de nouvelles à déguster.

Son histoire gravite autour du bistrot de village tenu par ses parents, dans un village du Val d’Hérens.
Un lieu où les habitués se retrouvent, se confient et évoluent sous le regard de Mona, petite fille de dix ans bercée par les voix et les histoires de chacun.

Mona, c’est Manuella, qui, au fil du temps, comme ses soeurs va  apporter son aide à ses parents, propriétaires de l’établissement.

Dans ce restaurant grouillant de vie, de chants, de rires et de pleurs, le vin et l’alcool tiennent une place maîtresse pour les habitués.
Ce qui ne doit étonner personne, non seulement en raison de la vocation des lieux, mais aussi parce que le livre a été écrit avec un vigneron.
Et pas n’importe quel vigneron puisqu’il s’agit de  Gilles  Besse, qui représente la quatrième génération du réputé Domaine Jean-René Germanier.
Ici, dans cette petite  communauté, le vin est aimé, permet de tisser des liens, de se consoler parfois, de délier les langues et de partager  des moments de plaisir.
Au point que le curé lui-même devient poète lorsqu’il évoque la Petite Arvine…

Pour illustrer cet ouvrage tendre imprégné de souvenirs lumineux et touchants, Manuella Maury a fait appel au talentueux artiste peintre Dominique Studer.
Le trio complice nous entraîne dans le monde Mona, au coeur de ce Valais de montagne chez à nos coeurs,  à la rencontre de personnages savoureux dont elle ne s’est jamais vraiment séparée.
Ne disait-elle d’ailleurs pas: Moi, quand je quitterai le village pour toujours, je m’en souviendrai pour toujours…

Un livre délicieux…

Martine Bernier

« Le monde de Mona » , Manuella Maury, Dominique Studer, Gilles Besse, Les Editions d’Emilien.

 

 

28576885_194203764678200_4780492043684754647_n

Rolf, bienveillant compagnon de l’auteur. (Photo Jean-Paul Leclercq)

Si nous avons envie de nous cultiver, de nous enrichir intellectuellement, nous savons tous que Facebook n’est pas la meilleure des adresses, pas plus que ne le sont les autres réseaux sociaux, à quelques surprises près.
Et pourtant.
Voici quelques semaines, j’ai lu sur le site de l’un de mes amis, de nationalité belge, dont j’ai déjà parlé ici, Jean-Paul Leclercq, qu’il venait de sortir un nouveau livre: « Contes amphigouriques ».
Amphigourique n’étant pas un terme que nous utilisons tous les jours, je suis allée vérifier sa définition: « compliqué, confus ».

Les microbes hivernaux m’ayant joué quelques tours pendables je n’ai pas pu commander l’ouvrage tout de suite.
Mais je l’ai fait dès que j’ai retrouvé mon entrain, et je l’ai reçu vendredi.
Là encore, le week-end était trop chargé pour que je puisse commencer ma lecture.
Ce n’est que mardi que j’ai pu m’y plonger.
Ce livre n’est pas le premier de Jean-Paul.
Retrouver sa plume puissante, vive et directe est un régal.
Il est la démonstration vivante que l’être humain possède des ressources étonnantes.
Plus il avance en âge et plus il écrit bien…
Sept contes nourrissent ces pages, et tous ont le même pouvoir: ils vous happent, vous retournent, puis vous clouent sur place avec des chutes complètement inattendues.
Et ce toujours au fil de cette écriture fluide qui vous entraîne là où elle le veut, sûrement, sans mots inutiles.
Ses contes sont captivants…
Un pied dans le quotidien, ce qui nous plonge dans une réalité toute proche, et l’autre au coeur de la nature humaine qui nous concerne tous.

Nous nous retrouvons partiellement dans les personnages, en identifiant d’autres comme ressemblant à des personnes de notre entourage… bref, nous sommes concernés par ces histoires de vies particulières ou non.
Je suis attachée à ce Monsieur dont la vie est un roman et dont la personnalité pudique est si belle.
Ses livres ne sont jamais anodins.
Ils marquent, touchent.
J’aime…
Beaucoup.

Martine Bernier

 

28616608_195648274533749_9063652075397544379_o

Pour commander, virement de 14 € + les frais de port sur le compte : 
BIC : GKCCBEBB
IBAN : BE23 0835 9539 4891
Publication livre
frais de port : 3€60 pour la Belgique.
7€50 pour les autres pays européens.
Hors Europe, contactez moi par mp.
Mentionnez dans la communication votre adresse postale et le nombre d’exemplaires désirés.