mai 2018
L Ma Me J V S D
« avr    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Catégories

Photo

Lors de notre escapade de la semaine dernière, je me suis retrouvée face à un défi que je n’ai relevé qu’une fois dans ma vie.
Il fallait que je prenne moi-même les photos qui allaient illustrer mes articles.
La seule fois où j’avais fait ce genre d’exercice, c’était lors d’un voyage de presse à Malte.
J’avais été très touchée de voir mes images sortir dans un grand quotidien romand.
Mais c’était facile: il s’agissait de paysages, de bateaux et de monuments.

Il faut préciser que j’ai un respect infini pour le travail des photographes.
J’ai toujours estimé qu’il fallait avoir « un oeil »,  une approche artistique, une sensibilité particulière pour réaliser une bonne photo.
J’en ai côtoyé beaucoup dans le cadre de mon travail.
Il y a ceux qui font des photos « propres », mais sans plus, ceux qui prennent beaucoup de temps pour réaliser une photo posée, ceux qui arrivent Dieu sait comment à prendre une image magnifique rapidement.
Et puis il y a les artistes, les virtuoses comme Marcel Imsand, Yann Arthus-Bertrand ou Léonard Gianadda parmi ceux que j’ai rencontrés, Henri Cartier-Bresson ou Robert Doisneau parmi ceux que j’aurais aimé connaître.
Pour eux, l’objectif est un troisième oeil, un prolongement d’eux-mêmes.
Autant dire que ce genre de noms me ramène à la conscience de mon ignorance.

Comme cette semaine était également une semaine de vacances partagée avec mon Capitaine, il était hors de question que je demande à un ou une de mes collègues photographes de partir avec nous. 
J’ai donc décidé de tout faire pour bien faire. 
Ou en tout cas pour faire le mieux possible.
Avant de partir, je suis allée suivre un cours accéléré, j’ai pris conseil auprès de mon fils Yann, lui-même engagé sur le chemin de la photo, et j’ai appris à utiliser mon Nikon.
Et nous sommes partis.
Et j’ai découvert que lorsque le ou la journaliste prend ses propres photos dans le prolongement d’une interview qui s’est construite doucement, dans la confiance, la personne concernée est plus à l’aise pour la partie photo.
Elle n’a pas besoin de se réhabituer à une tierce personne qui vient lui voler son image.
Plus ou moins à l’aise avec l’objectif, elles se prêtent au jeu le mieux possible.
Lorsque nous sommes rentrés, j’avais dans ma besace des images que je pense utilisables, correctes.
Légèrement recadrées pour les rendre plus séduisantes, elles vont partir à la rédaction du magazine auquel elles sont destinées.
Et j’ai le trac.

Prendre des photos de vacances dont on pardonne volontiers les maladresses et les imperfections est une chose.
S’appliquer à ramener des clichés destinés à être publiés, sans erreurs, mettant en valeur les personnes qui posent en est une autre.
Verdict dans quelques heures pour mon premier envoi!

Martine Bernier

 

09072013c-30

Il arrive parfois parfois que quelqu’un me signale un artiste  ou un lieu à découvrir.
C’est le cas pour le site  de Chantal Bou-Hanna.
Je ne sais absolument pas qui est cette dame ni quel est son parcours.
Son site brouille un peu les pistes…
Une chose est sûre: elle est photographe.
Et même une excellente photographe.
Son travail, à découvrir sur son site, est tout simplement magnifique.
J’aime les photographes qui « piquent l’instant », qui restent dans la spontanéité, qui ajoutent un « plus » à leurs photos en les marquant de leur patte.
Celles que j’ai vues sur ce site sont sensibles, douces, poétiques, infiniment belles.

Martine Bernier

 

Site de Chantal Bouhanna

 

Photo Yann Bride

Photo Yann Bride

Quand la photo m’a été envoyée, j’ai d’abord cru qu’elle avait été « chipée » sur un site quelconque.
J’ai tout de suite beaucoup aimé son atmosphère.
L’impression de se promener discrètement dans le jardin de l’école des sorciers d’Harry Potter!
Ce n’est qu’ensuite que j’ai appris que l’auteur de cette image était… mon fils cadet, Yann Bride.
Il m’a expliqué qu’il a profité de ses insomnies pour se rendre à 5 heures dans un petit jardin d’Evian-les-Bains, ouvert au public, et qu’il y a pris cette photo qu’il a ensuite travaillé pour en accentuer le côté mystérieux.

Ce n’est pas la première fois que certaines de ses images me séduisent totalement.
J’ai notamment chez moi deux très beaux portraits encadrés que j’affectionne tout particulièrement.
Son don pour la photo s’est révélé il y a quelques années, lors d’un voyage.
Depuis, il ne cesse de le travailler, se remettant sans cesse en question, explorant différents univers.

Je le regarde évoluer, souvent bluffée par son travail et heureuse d’une chose: mes deux fils ont chacun une passion.
Comme j’aime présenter des talents qui me touchent, avouez que je serais injuste de ne pas parler de celui-ci, qui le mérite et qui m’est cher!

Martine Bernier

Envie d’en voir plus? Passionphoto, Yann Bride