novembre 2018
L M M J V S D
« Oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Catégories

Société

De plus en plus de voix s’élèvent un peu partout dans le monde pour dire que l’espèce humaine se porte mal.
Les neurones se raréfient sous les boîtes crâniennes, beaucoup de nouveaux venus dans le monde du travail ne s’impliqueraient absolument pas dans leurs tâches, QI et culture générale se réduisent comme l’ensemble des compétences… et tout cela sur fond de crises environnementales et politiques aux multiples visages.
Un tableau bien gris pour préciser que ça ne va pas bien, ce qui en pousse plus d’un à préciser que notre civilisation file un mauvais coton et que nous évoluons dans un grand n’importe quoi.
J’avoue avoir parfois tendance à partager cette triste conclusion… tout en revisitant mon opinion dès que j’assiste à des initiatives positives, ou lorsque je vois des jeunes ou des moins jeunes s’investir avec passion pour de beaux projets.

Cette semaine pourtant, j’ai eu un choc.
Bien que j’ai suivi un cours sur l’utilisation d’un logiciel assez pointu qui est devenu mon compagnon de route au quotidien, je souhaitais me procurer un livre pour compléter cette formation puisque le mode d’emploi de ce programme est en anglais.
J’ai donc été rendre visite à l’incontournable site marchand que je ne nommerai pas mais que j’avoue utiliser pour la recherche de mes livres, et j’ai répertorié les titres proposés.
Il y en avait quelques-uns, dont un que je possède déjà et qui ne me plaît pas.
Il a été écrit par une dame qui occupe largement la place dans ce domaine, mais dont la manière de concevoir ses ouvrages ne me séduit pas.
J’ai donc cherché plus loin, et j’ai trouvé un autre guide disponible sur Kindle.
J’ai cliqué pour en savoir plus et là… j’ai lu ceci:

Ce livre a été traduit du mode d’emploi anglais de  *nom du programme en question*.
Il donne en français les bases indispensables pour commencer à travailler avec ce logiciel.

Je l’ai traduit en m’aidant  parfois de Google traduction, aussi soyez compréhensifs. »

Je suis restée sans voix.
C’est très fort.

Martine Bernier

b0f99fc9d390b2ed7ffe959478107d66

J’ai du mal à comprendre le sens des titres de Miss de beauté.
La plus belle est choisie parmi un nombre limité de candidates, et se voit attribuer le titre de plus belle femme d’une région, d’un pays, voire du monde.
Alors que tout le monde sait qu’il en existe  des centaine de milliers d’autres, anonymes, qui mériteraient largement d’être saluées.
La beauté… une notion si fragile, si mouvante, tellement liée à des critères qui diffèrent d’un endroit à un autre, d’une personne à une autre.
Pour moi, elle se cache dans la grâce, dans la bonté, dans l’équilibre, l’intelligence, le don de soi.
J’ai découvert depuis longtemps et plus particulièrement depuis quelques années, que des visages avenants peuvent cacher des harpies tandis que des traits ou des physiques disgracieux peuvent être les écrins de beautés rayonnantes.
Où est la justice, dans tout cela, finalement?
Dans le fait que l’âge a tendance à remettre tout le monde à égalité.
La vie forge et façonne les êtres humains à sa guise, et tous les cosmétiques du monde n’y peuvent rien.
C’est finalement la lumière qui l’emporte.
Cet éclat intérieur que possèdent certaines personnes pétries de bonté, et qui les rend irrésistibles.

Martine Bernier

 

Ils n’ont encore jamais connu de drames ni de malheurs, parce que quelqu’un les a protégés, a voulu qu’ils soient épargnés.
Alors, ils en provoquent, ils en inventent, ils en créent.
Donnant l’image de personnages sans conscience…
A quoi pensent ces êtres qui, sur un caprice, en suivant un scénario intérieur qu’ils sont seuls à connaître, peuvent mettre en péril ce que d’autres ont mis toute une vie à essayer de bâtir?
Comme s’ils ne savaient pas que ce qu’ils brisent ainsi, ce sont ces moments de bonheur qu’ils regretteront amèrement plus tard.
Comme s’ils ne savaient pas qu’en blessant ceux qui les entourent, en faisant voler l’harmonie en éclats, ils se pénalisent eux-mêmes.
Hypothéquant au passage sans le savoir l’équilibre futur de leurs propres enfants qui, un jour, leur reprocheront d’être ce qu’ils sont… et ce qu’ils n’ont pas su être…

Martine Bernier