novembre 2017
L Ma Me J V S D
« oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Catégories

Timoté

L’an dernier, nous avions fêté ce que je pensais être le dixième anniversaire de Kim, l’aîné de nos petits-enfants, découvrant des mois plus tard… qu’il n’avait eu que neuf ans!
Cette année, donc, j’ai revu ma copie et, hier soir, nous avons célébré sa première décennie dignement, avec quelques jours d’avance puisqu’il sera absent le jour J.
L’autre événement à fêter était la réussite de notre Fleur d’Asie qui vient de réussir son examen du code pour le permis de conduire.
Un exploit…
Essayez de passer le même examen en langue thaï, juste pour voir?
Nous nous sommes compris: l’effort était énorme pour elle… et elle a franchi l’épreuve magnifiquement!
Dans la soirée, elle me montre un livret destiné aux petits enfants qui commencent à  tracer leurs premières lettres.Consonnes
Il ressemble à tous les petits livres de ce genre… à ceci près qu’il est fait pour apprendre l’écriture thaïlandaise.
Jee m’explique que leur alphabet comporte 44 consonnes et 32 voyelles, et m’en désigne quelques-unes.
Outch… pour quelqu’un qui, comme moi, n’a pas le don des langues, c’est un univers plus que dépaysant…

Il fait très chaud, la soirée se poursuit par un repas dans le jardin.
Mon Capitaine est arrivé les bras chargés de victuailles, menu complété par Jee et mon fils.
Nawee et Timoté nous amusent avec leurs facéties de petits bouts d’hommes heureux de vivre.
Et Pomme vit sa vie au  milieu de ce petit monde.
Les enfants nous racontent que l’équipe de football d’Allemagne a logé dans l’hôtel voisin du lieu où ils habitent, durant cet Euro…. la conversation est légère…

Soirée d’été douce, sous le signe de la tendresse…

Martine Bernier

Quand mes fils étaient enfants, je les regardais grandir en me disant qu’il était étonnant qu’ils aient des personnalités aussi différentes alors qu’ils étaient frères.
Hier, la même réflexion m’est venue tandis que nous étions chez mon fils cadet et notre Fleur d’Asie.
Les retrouver et retrouver nos trois petits-enfants est toujours une fête.
Nous ne les avions pas revus depuis avril… et en deux mois, les bébés changent incroyablement vite!
Timoté, le plus petit, est un lutin…
A peine plus d’un an, et déjà des mimiques malicieuses, un contact permanent qu’il établit avec tout son entourage à travers des sourires, de petites grimaces, des gestes et un regard intense.
Irrésistible…
Kim, bientôt 10 ans, est mon petit complice, l’ange gardien de ses frères, beau comme un ange, s’intéressant à tout et menant joyeusement sa vie d’enfant de son âge.
Un cadeau du ciel.
Mais celui qui m’a le plus touchée hier, c’est Nawee, 2 ans 1/2.
Nawee avec lequel le contact est plus difficile à instaurer.
Yeux rieurs, petites fossettes, physique de futur petit rugbyman, caractère taquin et bien trempé, c’est une boule de charme sur pattes, comme ses frères.
Depuis quelques mois, je m’inquiétais de ne pas l’entendre prononcer un ou deux mots.
Je suis donc allée rejoindre la petite famille avec l’envie de me concentrer davantage sur notre petit bonhomme.
Durant la première demi-heure de notre visite, nous nous sommes observés… de pas trop près!
Il n’avait pas envie de contact, et je ne voulais surtout pas l’y forcer.
Et puis, petit à petit… il est venu.
D’abord timidement, puis en escaladant mes genoux, semblant écouter lorsque je murmurais à son oreille.
Il m’a même gratifiée d’un baiser sonore auquel mon Capitaine avait eu droit bien avant moi.
Puis il est revenu en courant de sa chambre en m’apportant un jeu avec lequel nous avons joué ensemble.
Je regardais son sourire: il avait l’air content…
Et enfin… alors que je nommais tout ce qui nous passait par les mains ou devant les yeux, il a commencé à articuler des mots (ce qu’il fait évidemment dans son quotidien, mais pas encore devant mon Capitaine et moi).
Pomme, Mamy, Papy… nous avons été nommés, tous les trois.
Ce sourire ravi  lorsque nous le félicitions… un vrai bonheur!
Nawee apprend une foule de choses en même temps, en ce moment.
Et il m’a offert la démonstration de ses progrès avec une bonne grâce toute naturelle désarmante.
Je suis revenue le coeur léger du pays de nos trois petits schtroumpfs tous trois étroitement liées par un amour fraternel d’une puissance étonnante…

Martine Bernier

 

13087826_288543594810404_2602986262767785142_n

Aujourd’hui est un grand jour pour le cadet de nos petits enfants!
Timoté a déjà un an…
J’ai à la fois l’impression qu’il est arrivé dans nos vies hier… et que toute la souffrance qui a entouré sa naissance est déjà loin, très loin…

Comme tous les enfants du monde, Timoté est un petit bonhomme merveilleux auquel nous tenons tous énormément.
Sa présence comme celle de ses frères, cousins et cousine, est pour nous un enchantement.
Il est joyeux, très drôle, et a cette façon irrésistible et si particulière de poser un regard intense et insistant sur tout ce qui l’entoure… comme s’il voulait déjà percer les secrets de la vie.
Nous le fêterons demain, mais aujourd’hui, j’ai envie de saluer ce qui a entouré cette arrivée délicate.

Je reste très marquée par ce qu’ont vécu ma belle-fille et mon fils ce jour-là.
Leur bébé a dû partir par hélicoptère pour être emmené au service de néonatalogie du Centre hospitalier de Chambéry.
Nous ne remercierons jamais assez tout le personnel soignant de cet hôpital qui leur a rendu un petit patient en bien meilleure santé après avoir reçu leurs soins…

Mais surtout, surtout… même si je les savais déjà courageux, j’ai été très impressionnée par le courage de ses jeunes parents.
Notre Fleur d’Asie, désormais maman de trois enfants, a souffert énormément d’être séparée de son petit.
Mais elle est restée droite, ne se plaignant jamais, s’oubliant pour ne penser qu’à son bébé et à ses deux autres enfants qui l’attendaient à la maison.
Lorsque Timoté lui a été rendu, elle a été ce qu’elle est naturellement: une mère parfaite, instinctive, très aimante, capable de ressentir ce dont avait besoin son enfant.
En quelques semaines, elle a réussi à faire disparaître la peur qu’il avait au fond du regard, et l’a aidé à devenir un petit bonhomme équilibré et bien dans sa peau.
Quant à mon fils…
Même si ces semaines où il était partout à la fois l’ont épuisé, il n’en a jamais rien dit.
Il était un père, un mari, présent pour tout le monde à la fois.
Il aurait eu toutes les raisons de craquer, mais il est resté bien debout.

J’ai aussi une pensée très amicale pour la soeur de notre Fleur d’Asie qui est arrivée d’Allemagne pour seconder le jeune couple auprès des autres enfants.
Une femme merveilleuse…

Je ne sais pas si Timoté a compris quelque chose aux méandres de sa naissance difficile, mais je sais qu’il a dû sentir très vite qu’il avait des parents solides et qu’il était déjà très aimé par sa famille.

Heureux anniversaire à ce tendre petit bout d’homme qui, comme chacun des enfants de la famille, a réussi à capturer nos coeurs sur un simple battement de cils…

Martine Bernier