mars 2019
L M M J V S D
« Fév    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Catégories

Vie quotidienne

Ce samedi matin était radieux.
La lumière et le soleil éclaboussaient le jardin où je vérifiais mes rosiers, suivie par Neige, ma poulette hollandaise toujours très curieuse de mes faits et gestes.
Dans la foulée, j’ai été porter un grand pot en terre cuite à mon Capitaine, dans l’espoir qu’il y installe l’un de mes camélias.
C’est là qu’il m’a dit: « J’ai une mauvaise nouvelle, mais je ne sais pas si je dois te la dire… »
– Maintenant que tu as commencé, tu n’as plus vraiment le choix!
 J’ai retrouvé l’une des tourterelles morte. Tu sais, il faut se dire que les oiseaux aussi meurent de leur belle mort…
J’aime les animaux, y compris les oiseaux.
Cette nouvelle m’a fait de la peine…
Les tourterelles vivent en couple et restent fidèles à leur partenaire.
Je ne sais pas ce qui va advenir de sa compagne…
Une tourterelle peut vivre entre 12 et 17 ans en liberté, et jusqu’à 30 ans en captivité.
Il est hors de question que je les capture pour les apprivoiser… elle perdrait en liberté ce qu’elles gagneraient longévité.

Le cycle de la vie n’épargne pas le jardin…
Ces gracieux oiseaux qui le fréquentaient vont laisser un véritable vide.
Et je m’interroge: des tourterelles reviendront-elles nicher dans nos arbres?

Martine Péters 

 

Mardi.
Il fait froid, mais le soleil est revenu sur le jardin.
Dès qu’il apparait, la vie reprend…
A 10 heures, Pomme et moi y retournons pour la troisième fois de la journée.
Dès que nous apparaissons, les sept petites poules sont là curieuses, amicales, bavardes…
Je les gâte, comme d’habitude… mais je suis là pour une raison bien précise.
Depuis des mois, Plume est devenue la plus fragile de mes poulettes. 
Elle n’a pour ainsi dire jamais pondu, est plus lente que les autres, fait preuve de moins d’appétit…
Je prends d’autant plus soin d’elle qu’elle est aussi attachante que les autres et que, depuis quelque temps, elle semble consciente du fait que je suis plus attentive que jamais à son état.
Alors, elle me parle, me suit…
Si elle est la plus délicate de ma petite basse-cour, elle a un pendant dans la roseraie.
Chaque jour, je surveille attentivement l’évolution des rosiers.
Parmi eux, certains sont tout en feuilles, plus avancés que d’autres.
Mais l’un des plus poussifs, celui qui semble avoir le plus de peine à se lancer, est aussi celui que je voulais absolument voir s’épanouir dans le jardin: un Centifolia, également appelé « rosier cent-feuilles », rosier de Mai » ou « rosier de Provence ».

Ce merveilleux rosier qui donne vie à la fameuse « rose de peintres », cette grosse fleur globuleuse, très parfumée…
Cette fleur est celle qui, cultivée à Grasse, intervient dans la composition des parfums, je lui ai déjà consacré un article par le passé.  

Trouver ce rosier et pouvoir l’inclure à la roseraie a été un moment de pur bonheur…
Il a été planté cet hiver avec une douzaine d’autres, et, depuis, je guette les signes de son réveil.
Mais si d’autres sont déjà très avancés, lui ne présente que deux ou trois signes infimes de retour à la vie.
Je ne peux rien faire de plus qu’attendre…
Ce mardi matin, Pomme, Plume et mes autres poulettes m’ont suivie pendant l’inspection des rosiers, regardant attentivement ce qui semblait m’intéresser.
Ce petit monde très particulier me fait vivre dans une autre dimension!
 

Martine Péters


 

Depuis le début des événements violents qui secouent la France en général et Paris en particulier, je lis et écoute beaucoup de choses différentes sur le sujet.
J’aime beaucoup la manière courageuse qu’a le journaliste Yves Calvi d’analyser la situation et de la traiter.
Mardi soir, dans son émission « L’info du vrai », sur Canal Plus, il a traité avec ses invités du grand débat d’idées au cours duquel Emmanuel Macron a échangé pendant plus de huit heures avec une soixantaine d’intellectuels.
Un exercice incroyable, inédit…
Je sais que l’époque veut que chacun critique tout le monde et ne reconnaisse surtout pas les démarches positives ou intéressantes.
Mais je suis convaincue que dans le futur, ces initiatives d’un président capable d’accomplir ce genre de tour de force seront retenues, et peut-être saluées.
A ma connaissance, je n’ai pas souvenir qu’une telle chose ait été organisée par le passé.
Consulter des penseurs ne peut qu’être une richesse, même si en consulter un aussi grand nombre en même temps risque de diluer leur message.
Ce genre d’actualité est passionnant…

*****

Alors que le printemps a officiellement débuté, la Dame de Chiboz m’annonce  sa visite avec un couple d’amis.
Une visite éclair avant une autre, plus longue, qui aura lieu un peu plus tard.
Ce printemps débute bien!

Martine Péters