Calendrier

octobre 2014
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Archives mensuelles : octobre 2014

Les Tontons Dalton

7773818224_laurent-gerra-et-jacques-plessis-ont-scenarise-le-tome-6-des-aventures-de-lucky-luke-toujours-dessine-par-achde

Laurent Gerra, Jacques Pessis et Aché l’avouent: ce nouvel album de Lucky Luke  revendique sa filiation spirituelle avec les célèbres « Tontons flingueurs ».
Ce nouvel album des aventures de Lucky Luke est d’ailleurs parsemé de clins d’oeil que les amateurs du film de Lautner savoureront tout au long du livre.
Les plus visibles étant les traits des acteurs principaux donnés aux personnages de l’histoire: le notaire rappelle Francis Blanche, Bobby le majordome est le sosie de Robert Dalban, les frangins Wolf Blier et Wolf Lefèvre ne se présentent plus, tandis que Paul Mercey, autre figure du cinéma français, prête ses traits au  barman.
Même Lino Ventura est présent… furtivement.
Même la scène de la cuisine est saluée au passage.

L’histoire est digne des grands classique de la série: les Dalton, qui purgent comme d’habitude une peine au pénitencier de Muffin Junction, apprennent qu’ils ont un neveu, fruit des amours éphémères entre leur cousin Emmet et une danseuse de saloon.
Emmet, qui, dans la réalité, fut l’un des « vrais » Dalton, est parti un jour acheter des cartouches et n’est jamais revenu au foyer familial.
Et comme la maman du bambin a signé pour une tournée de France, elle a décidé de confier Junior, son fiston, aux bon soin d’Averell, désigné comme parrain.

Pas question d’élever un enfant en prison: les Dalton peuvent sortir, mais seront placés sous la surveillance de Lucky Luke.
Et nous voilà embarqués dans une aventure que les amateurs du cow-boy solitaire ne renieront pas.
Tout y est: le dessin sûr, la malice des auteurs et les personnages dans lesquels Luke ne serait pas Luke, comme ce bon vieux Jolly Jumper, l’incontournable Rantanplan et même Ma Dalton appelée à la rescousse.
Un joli crû!

Martine Bernier

« Les tontons Dalton », Aché, Gerra et Pessis, d’après Morris. Lucky Comics.

 

Yvon Dallaire: « Dans le couple, mieux vaut chercher à être heureux qu’à avoir raison! »

Yvon Dallaire

Au Canada comme en Europe, le psychologue Yvon Dallaire est connu et reconnu.
Spécialiste des relations dans le couple, il a écrit une vingtaine de livres sur les relations homme-femme en s’appuyant sur plus de trente ans d’écoute de couples en détresse.
Il est actuellement en Europe où il se partage entre Bruxelles, Paris et Lausanne où il donne des cours de formation et accepte quelques interviews à l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage « Amour ou dépendance », paru aux Editions Québec-Livres.
La lecture de son livre ne laissait aucun doute: il a été écrit par un homme pétri de bon sens.
L’interview qu’il m’a accordée avant-hier m’a confirmé dans cette impression.
Rencontre avec un homme au discours bienfaisant.

 

– Quelle est la plus grande erreur que l’on peut commettre dans un couple?
Chercher à avoir raison plutôt que de vouloir être heureux! Il faut apprendre à négocier et accepter que certains conflits sont insolubles. Mais je pourrais aussi vous dire que l’ignorance, l’illusion et le manque de communication sont également des ennemis du couple.

1493504-gf
– Et les disputes?
Vous savez, colère et amour font partie du même continent…  Les conflits permettent de voir comment se comporte votre partenaire en temps de guerre et non en temps de paix. Ce n’est pas une mauvaise chose. La colère est proportionnelle au besoin d’aimer. Le contraire de l’amour, c’est l’indifférence, pas la dispute.
– Vous dites que l’amour n’est pas un besoin vital chez l’adulte.Comment l’expliquez-vous?
Vous avez eu raison de préciser « chez l’adulte ». L’enfant a évidemment besoin que ses parents prennent soin de lui et l’aiment pour pouvoir grandir heureux. L’adulte, lui, ne peut pas demander à l’Autre de le rendre heureux. Ce serait rentrer dans la dépendance. Au contraire, en étant autonome , on va s’élever en amour.
– Que pensez-vous de l’amour-passion?
La passion est le ciment du couple… mais le ciment est poreux! Si l’on imagine que la passion dure toujours, c’est une illusion. Rêver de « trouver son âme soeur » est totalement illusoire. L’homme parfait ou la femme parfaite n’existe que dans nos têtes. La passion est faite pour attirer les êtres l’un vers l’autre et assurer la survie de l’espèce. Elle est très narcissique, et disparaît dans les trois ans qui suivent la rencontre.  C’est là que l’amour prend sa décision… Je parle de l’amour-attachement qui nous fait rester avec l’Autre car nous tenons à ce que nous construisons ensemble.
– Quelle est votre stratégie du bonheur?
Être heureux plutôt que d’avoir raison. Les couples heureux se mettent d’accord pour vivre avec des désaccords à vie! Ils se font cinq à dix fois plus de compliments que de reproches. Il faut avoir aussi recours au « GBS », comme on dit chez moi. Le « Gros Bon Sens »! Celui qui me fait dire que nous avons tendance à entretenir les mauvais souvenirs du passé et les toxines. Il faut occulter le passé, changer notre perception en nous concentrant sur les souvenirs heureux. Si l’on pense que nous avons vécu des événements traumatisants, nous allons nous sentir mal…
Un couple est formé de deux personnes. Dans le cas présent, 1+1=3. Toi, moi et le nous formé par cette relation.
Ensuite, il ne faut pas oublier que, notre vie comporte quatre dimensions: la profession, le partenaire, la parentalité et la vie privée composée de mes amis, de mes projets personnels, de mes hobbys.
Au total de ma vie, je devrais consacrer 25% de temps à chaque catégorie pour avoir une existence équilibrée, que je sois un homme ou une femme.
– Parallèlement, vous n’êtes pas très fan des compromis…
C’est vrai. Si j’achète un bon vin (suisse, bien sûr!), et que j’y rajoute de l’eau, il sera nettement moins bon! Dans la relation de couple, c’est pareil. Évitez le compromis, mais préférez une entente « à doubles gagnants ». On ne peut pas avoir toujours raison, mais on peut veiller à faire attention à certaines choses.
– Quelles sont les caractéristiques propres à l’homme et à la femme, qui mettent le couple en péril?
La femme a tendance à vouloir donner des conseils qui n’ont pas été sollicités. Quand son partenaire est acquis, elle veut l’améliorer. Et l’homme, quand il est installé avec elle, se dit souvent « voilà une bonne chose de faite » et retourne à ses occupations en oubliant que sa femme a besoin de paroles et d’attentions. Dans ma profession, je suis connu pour ne pas culpabiliser l’homme et ne pas victimiser la femme. Il n’y a pas de coupable. Il faut simplement harmoniser, apporter des connaissances, des dynamiques intrinsèques et faire des efforts chacun de son côté pour que cela fonctionne.
– Vous continuez à beaucoup voyager. C’est un plaisir?
J’ai toujours dit que lorsque j’aurais atteint l’âge de la retraite, je voyagerais et je donnerais des cours. C’est très énergisant de partager! En fait, je ne fais que dire ce dont nous avons tous l’intuition. Concernant les voyages, je viens souvent en Europe et je suis en Suisse entre deux et quatre fois par an. J’adore ce pays, ses habitants et y faire du tourisme avec « ma blonde », comme on dit chez moi…

 

Et voici les règles d’or du couple heureux, qu’Yvon Dallaire suggère malicieusement d’afficher sur votre réfrigérateur:
1. S’accepter soi-même
2. Bien choisir son partenaire
3. Se respecter réciproquement
4. Entretenir la séduction
5. Être transparent
6. Savoir écouter et parler
7. Dire « je t’aime »
8. Pardonner et oublier
9. Faire preuve d’humour
10. Avoir une vie sociale

« … car le bonheur, ça se travaille, seul et à deux. » (Yvon Dallaire)

Martine Bernier

« Amour ou dépendance? Construire un amour durable », Yvon Dallaire, Les Editions Québec-Livres

Site d’Yvon Dallaire

Capitaine Trèfle

Capitaine Tréfle

Capitaine corsaire et bretteur légendaire, Trèfle, capitaine sans peur et plein de compassion pour les plus faibles est toujours prêt à secourir la femme et l’orphelin.
Chevauchant sur les terres de l’Ardenne ardeneuse, sur un chemin surplombant la Meuse, il entenda un cri strident venant d’un édifice à l’enseigne rouillée et grinçante.
Il se jette épée à la main sur une bande d’indien pour sauver un lutin venant des temps anciens et se rend ensuite au manoir de Noctiflore pour aider son petit compagnon plaintif à retrouver les siens.
Le magicien astrologue Noctiflore et son fidèle apprenti à tête de corbeau (depuis une expérience de magie ratée!), vont accompagner Tréfle et Nourcine le petit lutin dans un voyage à travers les mers.
Ils vont affronter les périls les plus fous, le pirate Haggard Craspeck le plus cruel, afin de trouver la Porte de l’Autre Monde.
Mais, je ne vous en dit pas plus!
Sinon qu’en fin d’histoire Trèfle repart à la recherche de Lola, la figure de proue de son navire qui a fui en son absence.
Il n’y a pas de repos pour le héros…..

Heureuse nouvelle rencontre entre l’auteur de l’histoire Pierre Dubois et René Hausman qui signent ensemble cet album d’aventure traversant les contes et légendes de notre enfance.
Il nous transporte dans les mondes légendaires et sauvages qu’on pensait avoir oublié.
Quel plaisir de se replonger dans ces mondes féériques à travers les aquarelles d’Hausman.
Merci à eux deux de m’avoir fait revivre ces moments de l’enfance.
J’espère qu’ils ne vont pas s’arrêter là…

 

Bruno Guédot / Martine Bernier