Calendrier

décembre 2018
L M M J V S D
« Oct    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Témoignage

Te retrouver

Unknown

La disparition de Michel Delpech a laissé son épouse Geneviève dans un désarroi sans nom.
Dans ce livre très intime, elle revient sur sa vie avec son époux et sur les liens qui continuent après sa disparition… car elle possède des dons de voyance réputés qui lui permettent  aujourd’hui de continuer à dialoguer avec son mari défunt.
Ce livre fera grincer les dents des sceptiques, et interpellera ceux qui pensent que la vie ne s’arrête pas avec la mort.

Mais que l’on y croit ou non, on ne peut qu’être émus par certains passages bouleversants. Comme celui-ci:

« Toutes ces découvertes parmi ces gens merveilleux des services de soins palliatifs sont de l’or dans  mon coeur pour toujours.
Je sais aujourd’hui plus que jamais que nous finirons en miettes.

J’ai erré dans ces champs de bataille, vu les visages défigurés et les affreuses mimiques de la résignation.
J’ai entendu le silence qui suit le dernier soupir.
Ce que j’ai vu (…) est sublime, banal et terrible.
(…) Ici, (…) il n’y a ni vent, ni soleil, ni jonquilles au printemps.
Il n’y a que des flammes chancelantes, que des étoiles qui s’éteignent. Pour autant, ce que ces patients ont d’adorable est d’être en vie malgré tout, malgré eux.
Et les plus touchés sont les plus royaux. »

 

M.B.

 

Le monde comme il me parle – Olivier de Kersauson

9782749116327

Il fait partie de ces hommes que j’admire, pour sa manière de vivre, sa cohérence , pour son esprit, pour sa sensibilité.
Olivier de Kersauson écrit ici l’un de ses plus beaux livres, d’une écriture si fine qu’elle cisèle un texte superbe.
Son témoignage nous entraîne au coeur de lui-même, nous livrant des pensées intimes, un retour sur image sur ce qui l’a façonné.
Connaissant la pudeur du personnage, comme il a dû être difficile pour lui d’assurer la promotion de ce livre devant les médias…
Il s’y dévoile comme jamais, tout en franchise, en passion et en délicatesse, revenant sur la mer, bien sûr, mais aussi sur des moments essentiels de sa vie, sur les êtres importants dans son parcours, comme Eric Tabarly, inoubliable génie de la mer .

Chaque page est un délice, une découverte.
Sa mère disait  qu’elle avait élevé 14 enfants: les sept autres et lui.
Elle est décédée il y a peu.
Et celui qui fut l’enfant qui lui a donné le plus de fil à retordre dit de ce départ:
« Plus personne ne posera sur moi un regard bienveillant.
Ici, « bienveillant » signifie: quelqu’un qui « veille » avec l’envie du « bien ». »

Tout le texte est à l’aune de ce passage.
Un livre magnifique dans lequel aucune phrase n’est inutile.

Martine Bernier

« Le monde comme il me parle », Olivier de Kersauson, disponible, entre autres, aux Editions France Loisirs