Non classé

Claude Veuillet multiplie les titres prestigieux dans le cadre de son métier de conservateur-restaurateur dans le domaine du bois. Mais il est surtout comme les objets dont il prend soin ou qu’il crée: authentique.

 Dans son atelier de Troistorrents (VS), Claude Veuillet vous reçoit dans des effluves de bois vert, au milieu d’une véritable caverne d’Ali-Baba d’objets usuels, de flûtes, de figurines et de jouets sculptés. N’essayez pas de poser une étiquette sur cet homme souriant et chaleureux, multi facettes.  Son curriculum vitae vous expliquera qu’il est conservateur-restaurateur indépendant dans le domaine du bois, conseiller scientifique, consultant  et  expert reconnu très sollicité pour des conférences dans les universités en Suisse comme en Europe. Lui qui a été lauréat du Prix du Patrimoine Suisse en 2007,  travaille pour les services des Monuments historiques de plusieurs cantons romands, mais aussi pour des musées, des paroisses et des communes désireux de conserver ou de restaurer des objets anciens.  Sa manière de travailler est infiniment respectueuse de l’objet, avec un credo: « Pour faire une bonne restauration, il faut que je sois aussi bon que celui qui a créé l’objet. »

Réapprendre les gestes essentiels
Cette « pointure » ne se contente pas d’œuvrer dans les alcôves des  musées les plus prestigieux. Influencé par deux grands-pères qui, tous deux à leur façon, lui ont donné le goût de la matière et de l’artisanat doublé d’une belle ouverture sur le monde, il passe son existence à redécouvrir et étudier les savoir-faire traditionnels des métiers du bois, à reproduire les gestes ancestraux, et à transmettre ce savoir sous forme d’ateliers pratiques proposés aux adultes et aux enfants. « Aujourd’hui, pour moi, la transmission est essentielle, avoue-t-il. Je donne des stages notamment au Château de Chillon pour les enfants. Et j’ai plusieurs ateliers itinérants qui me permettent d’initier ceux qui le souhaitent à la manière de réaliser des cuillères, des bols, des boîtes ou des jouets avec des outils basiques. »

Retrouver les traces d’hier

Dépourvu de toute nostalgie, Claude Veuillet aime étudier la trace des outils sur les objets d’hier et les reproduire pour retrouver la manière de travailler des Anciens. Lui qui a restauré du mobilier médiéval comme de superbes meubles liturgiques explique que ce qui le touche le plus, « c’est de sentir que, derrière le bol en bois le plus humble, il y a des gens qui ont construit et vécu avec l’objet. »

Captivant, il aime parler de son travail en y introduisant une touche de poésie, partager son savoir, apprendre à manier le couteau en tant qu’outil et non comme une arme. Mais dès qu’il le peut, il se retire seul dans son autre atelier, perdu sur ses six hectares de forêt. Dans le silence, en tête-à-tête avec ces arbres qu’il aime, il choisit le bois duquel il fera naître les objets les plus divers. « De cette manière, vous êtes maître du processus depuis la forêt jusqu’à l’objet. »

 

Martine Bernier

Cet article est paru dans son intégralité dans l’hebdomadaire Suisse romand « Terre et Nature »

Pour participer aux stages ateliers de Claude Veuillet: http://vrille.wordpress.com/formations/