Archives quotidiennes : 10 juin 2010

thumbnailashx.jpeg

On dit de l’huile d’Argan que c’est de l’or en flacon.
Cette huile précieuse provient de l’arganier (Argania Spinoza), arbre épineux dont l’existence remonterait à plusieurs millions d’années, qui ne pousse que dans le sud ouest marocain.
Cet « olivier du Maroc » donne un fruit dont la pulpe est retirée. Ne reste que la noix qui est concassée en évitant d’écraser l’amandon qu’elle renferme. C’est de ces amandons qu’est tirée l’huile que les femmes Berbères utilisent depuis des siècles dans l’alimentation, les soins corporels et capillaires.
Ses vertus sont telles que l’industrie médicale, alimentaire et cosmétique s’en est emparé pour la rendre accessible dans le monde entier.

Mais qu’a donc de particulier ce nectar d’Argan?
Avec sa couleur de sable du désert et son goût de noisette, elle rehausse la saveur des plats, en cuisine.
Les recherches médicales estiment notamment qu’elle stabilise le cholestérol, réduit l’hypertension, stimule des capacités cérébrales, est une excellente source de vitamine E et en Oméga 3, et serait même un coupe-faim si elle est consommée en repas du matin. La pharmacopée marocaine l’utilise depuis longtemps également comme anti-rides.

Dans le domaine cosmétique, elle est très utilisée contre le dessèchement de la peau, des ongles et des cheveux, contre les irritations cutanées, l’acné, l’eczéma, le psoriasis et les gerçures, les coups de soleil. Elle active également la cicatrisation des blessures et des boutons.

Après l’avoir testée, elle est en effet remarquable d’efficacité pour réhydrater la peau ou les lèvres gercées.
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, elle ne laisse pas la peau très grasse.

Cette huile se trouve dans les bons magasins bio, dans certaines drogueries et pharmacie.

Martine Bernier