Archives quotidiennes : 14 juin 2010

La ferme des Pralies se trouve en Suisse romande, à un saut de puce de Nyon.
Pour les besoins d’un article, j’y suis allée pour rencontrer non pas Bernard Delessert, le maître des lieux bien connu des amateurs de produits cultivés de manière naturelle, mais son amie, Gabriella.
Gaby pour les intimes.

Lorsque je suis arrivée, après avoir quitté un homme passionnant auquel je consacrais un autre article, elle était dans le potager où elle arrosait des salades.
Je me suis retrouvée face à une jeune femme accueillante, mais un peu dans l’expectative face à cette visiteuse inconnue, journaliste qui plus est.
Et… la magie à opéré.
Avec certaines personnes, le contact passe merveilleusement.
Ce fut le cas ici.
Nous partageons le même sens de l’humour assez délirant, ce qui ne gâte rien.
L’interview s’est déroulée sur un mode léger et joyeux, parsemé d’éclats de rire.
Jusqu’au moment où elle a proposé de me faire déguster les produits qu’elle confectionne elle-même.
Ici sont notamment cultivés des légumes d’aujourd’hui et d’hier, des petites fruits, des herbes aromatiques rares et odorantes, une quinzaine de sortes de piments et poivrons et une cinquantaine de variétés de tomates.
Avec ces dernières, Gaby confectionne une confiture raffinée.
J’ai été sidérée de découvrir la douceur sucrée de cette préparation que je ne connaissais pas.

Cuisinière formée à l’Ecole Hôtelière de Lausanne, Gaby est pétrie de talent dès qu’elle touche un plat.
Mais sa force est l’art consommé avec lequel elle arrive à doser les ingrédients.
Plusieurs de ses trente-cinq confitures présentent un fruit classique assorti d’une touche d’inattendu.
Comme sa gelée de groseilles au basilic thaï ou ses pêches basilic- cannelle.
Cette dégustation en plein air, entrecoupée de rires et de l’histoire de « Cyrano », le tamanoir fugueur de la maison, et, surtout, la personnalité fraîche et sensible de mon interlocutrice m’ont charmée.
Si vous habitez dans la région, passez découvrir ce petit coin de nature.
Ici, les légumes sont cultivés en pleine terre, et témoignent leur reconnaissance en offrant des parfums et des saveurs prononcées.
Quant aux animaux, à voir s’ébattre les poules élevées en liberté et les chats de la maison s’endormir au soleil, il semble évident qu’ils ont une vie de rêve…

Martine Bernier

http://lafermedespralies.webnode.fr/

 

brigitte dit :

Chère Madame,
en surfant sur le net je tombe par hasard sur votre blog et surtout sur votre article au sujet de Gabi… nous nous étions rencontrées à la Ferme des Pralies ce jour-là, Gabi était nerveuse devant l’objectif, nous avons ri et aussi échangé plein de propos gourmands, sur les citrons, les mandarines et autres produits merveilleux de la nature…peut-être vous en souvenez-vous?
Je voulais vous dire que votre article est si juste, car Gabi est effectivement telle que vous la décrivez, et ses créations méritent de s’y attarder..et d’y revenir! elle est dans l’ombre mais sans elle…. ce serait un peu l’ombre! merci!
J’espère avoir le plaisir d’échanger des idées et des trouvailles avec vous, qui sait?

Meilleurs messages gourmands et curieux

Brigitte Streiff