Archives mensuelles : décembre 2012

Jusqu’au 14 avril 2013, le Musée romain de Lausanne- Vidy vous propose un voyage exceptionnel dans le passé.

Des jardins familiaux, avec leurs cabanons pimpants, leurs nains, leurs scaroles, leurs glaïeuls, leurs courges… Et dessous, les morts de la Lousonna gallo-romaine. En prélude au projet Métamorphose, l’exploration archéologique des Prés-de-Vidy a révélé une nécropole antique de plusieurs milliers de sépultures, dont seule une centaine a été fouillée pour l’heure. Sans attendre, le Musée romain présente ces découvertes fraîches de l’année.

 © Musée romain de Lausanne-Vidy

Année 127 après J.-C., au mois d’août: un habitant de Lousonna vient de décéder. Sa dépouille, avec des fleurs et quelques offrandes, repose sur le bûcher dressé par ses proches. Le lendemain, ils recueillent dans la cendre refroidie des restes d’ossements calcinés, qu’ils lavent et déposent dans un pot. Une écuelle à l’envers fait office de couvercle. Ils enfouissent l’urne, ajoutent un peu de nourriture et de boisson pour le voyage vers l’autre monde, comblent la fosse avec les déchets de la crémation, marquent la tombe par un petit tertre et une pierre.
Près de dix-neuf siècles s’écoulent. Tombées dans l’oubli, les milliers de sépultures demeurent dans le sol, jusqu’à ce qu’un plan d’urbanisation conduise à leur découverte.

Des obsèques d’alors à la vitrine de musée d’aujourd’hui, l’exposition La mort est dans le pré retrace le destin posthume des gens deLousonna. Elle évoque les rites et les croyances funéraires gallo-romaines, montre aussi comment un projet d’aménagement moderne aboutit à enrichir le patrimoine historique, à travers la fouille, la restauration et l’étude de vestiges spectaculaires.

Jusqu’ici, les cimetières de Lousonna étaient pratiquement inconnus. Seules quelques tombes isolées, anciennement dégagées, étaient recensées: en subsistaient deux ou trois objets, sans trace des ossements humains.

Au fil des prochaines années, la fouille complète de la nécropole des Prés-de-Vidy va donc apporter énormément d’éléments nouveaux à la connaissance de l’agglomération et de la population antiques. D’innombrables objets, souvent intacts, vont enrichir les collections publiques. Et les restes humains de l’époque romaine vont être recueillis, étudiés et conservés.

A travers sa nouvelle exposition temporaire, le Musée romain de Lausanne-Vidy donne à voir, en avant-première, les belles trouvailles de l’année 2012. C’est l’occasion de présenter à la collectivité le riche patrimoine qui lui appartient. Et aussi d’organiser enfin la rencontre, physique, des vivants d’aujourd’hui et des habitants d’autrefois.

 

Musée romain de Lausanne-Vidy

Chemin du Bois-de-Vaux 24
1007 Lausanne

Mardi-dimanche
11h00-18h00
Fermé le lundi, sauf juillet-août et lundis fériés
Fermé les 24, 25, 31 décembre et le 1er janvier

GALERIE LA HOTTE

 

Elle récupère et sculpte                      Rachèle Roduit

 

Elle façonne le verre                             Chantal Wessels

Elle crée des bijoux                           Murielle Perrier

Elle suggère par ses peintures                  Marianne Lathion

 

 Elles s’expriment chacune à leur manière à travers leur passion et vous offrent un univers où vous pouvez découvrir différentes matières et donner libre cours à votre imagination.

Exposition du 9 au 30 décembre 2012

Vernissage le samedi 8 décembre dès 16h.

Ouvertures : du jeudi au dimanche de 15h à 18h. Vendredi de 10h à 18h.

Des oeuvres d’art et cadeaux de Noël!!

Comme d’habitude avec la participation de Ruth et Onorio Petralia  Plaisir et Santé, gourmandises sauvages

 

Le Musée du Vieux Pays-d’Enhaut, à Château d’Oex)  accueille une exposition temporaire consacrée au peintre, philosophe et « rêveur » John Paschoud (1901 – 1998), du 8 décembre 2012 au 14 avril 2013.

John Paschoud a vécu toute sa vie par et pour la peinture, laissant derrière lui une quantité de toiles qui ornent encore les salons de collectionneurs.
Les portraits et paysages sont légions, car c’est essentiellement eux qui faisaient vivre l’artiste.
Toutefois, ce sont les oeuvres où il a laissé libre cours à son imagination débridée qui font encore parler de lui.
Ce sont elles que le public pourra découvrir jusqu’au 14 avril.

Musée du Vieux Pays-d’ENhaut, Grand Rue 107, Château d’Oex.
Mardi – Dimanche 14 heures à 17 heures

www.musee-chateau-doex.ch