Alimentation

unknown1.jpeg

La banane est un fruit précieux, et souvent méconnu.
Vous croyez la connaître mais… en êtes-vous bien certains?

Ce fruit tropical contient trois sucres naturels (saccharose, fructose et glucose) et est riche en potassium.
Autrement dit, en cas de coup de fatigue, manger une banane apporte une augmentation quasi instantanée d’énergie.
Cette particularité la place leader mondial chez les athlètes.
Des études scientifiques ont d’ailleurs démontré que deux bananes suffisent à fournir assez d’énergie pour supporter 90 minutes d’entraînement.
Cette particularité n’est pas la seule qui fait d’elle notre alliée au quotidien.
Une récente enquête menée chez des personnes souffrant de dépression indiquait une amélioration de leur état après avoir consommé le fruit.
Pourquoi? Grâce au tryptophane, protéine que le corps transforme en sérotonine, et qui est connue pour détendre et améliorer l’humeur.
La vitamine B6 contenue dans le fruit régule également l’humeur et les taux de glycémie.
Les études soulignent encore que la banane est également utile en cas d’anémie, d’hypertension, de constipation.
Elle vient aussi soutenir les efforts intellectuels intenses, soulage les brûlures d’estomac et les nausées matinales.

Moins connues sont ses vertus en cas de « gueule de bois ». Si vous l’utilisez pour confectionner un milk-shake sucré avec du miel, elle calmera les douleurs d’estomac.
Si vous avez été piqués par un moustique, ayez le réflexe de frotter la zone avec l’intérieur d’une peau de banane. Cela réduit l’enflure et l’irritation.
Certains disent même que la peau, côté jaune, fixée à l’aide d’un sparadrap sur une verrue, peut la faire disparaître.

Les recettes de grand-mère nous apprennent encore que vous pouvez faire briller vos chaussure en utilisant l’intérieur de la peau de banane, avant de les polir avec un chiffon sec.
Le même procédé est à utiliser sur le feuillage de vos plantes vertes.
Et si vous voulez conserver de beau rosiers, enfouissez une peau de banane à leurs pieds: ils aiment cet aliment naturel.
En échange de tous ces bienfaits, les bananes ne vous demandent qu’une chose: ne les mettez jamais au réfrigérateur…

Martine Bernier

epeautre.jpg

Plus rustique, dit-on, que la farine de blé, la farine d’épeautre peut être utilisée pour les mêmes préparations: boulangerie, crêpes, gâteaux…
Mais elle présente en outre des particularités non négligeables: plus digeste que la farine de blé, elle est recommandée aux personnes allergiques ou sensibles au blé.
De plus, elle possède une forte teneur en magnésium justifiant des vertus anti-stress et une stimulation du système immunitaire.
Au Moyen Age, Hlldegarde de Bingen estimait déjà que manger de l’épeautre chaque jour donnait de l’entrain et de la bonne humeur.
Que vous le fassiez ou non vous-même, le pain à l’épeautre présente un petit goût de noisette et une authenticité qui revient à la mode.
A noter que cette farine peut se réaliser sur base d’ épeautre (grand épeautre), très riche en protéines et en glucides, ou de petit épeautre (ou engrain), contenant très peu de gluten mais une valeur nutritive supérieure à celui de son cousin.

Martine Bernier

images.jpeg

Il devient difficile de trouver ce livre de Jean-Pierre Coffe dans son édition originale: « Au bonheur des fruits ».
Mais si vous aimez les marmites où mijotent des confitures odorantes, si vous craquez pour les gelées, les compotes, les fruits rôtis ou en beignets, aux épices ou confits, les entremets tartes et autres pâtisseries aux fruits, remuez ciel, terre et Amazon pour trouver ce délicieux pavé de plus de 500 pages où les mots gourmands et joyeux font office d’illustrations.
Ou son équivalent en Livre de Poche, puisqu’il a également été édité sous cette forme.

Vous y trouverez bien plus que les 300 recettes concoctées avec Christian Ignace, qui fut le collaborateur du grand cuisinier Raymond Olivier.
Vous découvrirez des anecdotes, des informations ludiques et passionnantes, et cette façon qu’a Jean-Pierre Coffe de rendre un met appétissant uniquement en en parlant.
C’est un régal de lecture qui pourrait se transformer en régal gustatif…

Martine Bernier

« Au bonheur des fruits », Jean-Pierre Coffe,
Ed. Balland (1996)