mars 2009
L M M J V S D
« Fév   Avr »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 23 mars 2009

UNE RECONVERSION REUSSIE

Lorsqu’elle a dû renoncer à son métier de graphiste, Niki de Mestral a vécu une période de doute. Jusqu’à ce qu’elle se mette à peindre les animaux domestiques, activité qui lui vaut aujourd’hui une notoriété internationale

« A la fin des années 1990, j’ai réalisé que, parce que je n’avais pas voulu apprendre à utiliser un ordinateur, je ne pouvais plus exercer mon métier de graphiste. J’étais dépassée par la technique. Mes anciens fournisseurs, qui me permettaient d’exercer mon métier « à l’ancienne », avaient tous disparu, je n’avais plus d’autre choix que d’arrêter moi aussi. Il a alors fallu que je songe à me reconvertir. Mais dans quel domaine? »
A cette époque, la suissesse et vaudoise Niki de Mestral, de son vrai prénom Dominique, traverse une période d’incertitude. Elle a jusqu’alors créé des logos pour des marques célèbres. Elle illustre également depuis plus de vingt ans les livres du célèbre psychologue Jacques Salomé, mais ce mandat ne lui suffit pas pour vivre. Il lui faut désormais trouver une nouvelle façon d’exercer son talent de peintre et de dessinatrice.

Un miracle contagieux

Bien décidée à trouver une solution, elle décide de joindre ses dons artistiques à son amour des animaux et réalise, dans l’atelier de sa maison de Vaux-sur-Morges (VD), quelques portraits de chiens, de chats et de chevaux. Ceux-ci sont exposés dans des établissements publics, présentés lors de soirées mondaines, de foires… et le bouche-à-oreille fonctionne. « Les commandes sont arrivées très vite. Les gens ont commencé à me téléphoner, à me demander de réaliser le portrait de leur animal de compagnie. J’ai aussi proposé des portraits d’enfants, d’adultes, avec ou sans leur chien ou leur chat. Aujourd’hui, huit ans après, mes clients viennent de Suisse, mais aussi du Canada, de France, d’Autriche et d’ailleurs. Je considère que c’est un véritable miracle! J’ai beaucoup de chance. »

Le Petit Gris des Anges

La chance n’est pas, et de loin, le seul facteur de la réussite de Niki. Ses portraits, effectués d’après photos, sont si ressemblants que ses clients y retrouvent la personnalité du modèle, humain ou animal. Pour les enfants, l’artiste utilise la technique de la sanguine, un pigment constitué d’oxyde de fer et de craie sépia apportant une ambiance intimiste à ses dessins. Pour les animaux, elle accepte de créer des compositions, en fonction des demandes, mettant en scène les sujets demandés. Pour le journaliste et patron de presse Jean-Louis Servan-Schreiber désireux d’offrir un tableau en forme de clin d’œil à l’une de ses amies, elle peint « Georges », le carlin de la dame en question, au volant d’une Mercedes. La plupart de ses oeuvres sont beaucoup moins loufoques. Elle s’attache à saisir de façon réaliste l’expression des sujets, les nuances des pelages des animaux, la vivacité d’un regard. En feuilletant un album de photos représentant ses tableaux, elle reconnaît être particulièrement fière du « Petit Gris des Anges ». Ce cheval blanc est né par hasard sous son pinceau. « Je préparais une exposition pour laquelle la galeriste m’avait demandé trente tableaux en précisant qu’il fallait y intégrer des chevaux. J’ai trouvé une carte postale représentant ce cheval, et je l’ai reproduite. J’ai été moi-même étonnée du résultat. Peindre un cheval blanc est compliqué. Là, tout est venu très facilement… »

Des icônes au cochon laineux

En 2002, Niki de Mestral complète ses connaissances en suivant des cours à l’atelier de création et de restauration d’icônes de Saint-Luc, à Lausanne. Si elle réalise aujourd’hui de genre de création sur commande, sa principale activité reste la peinture animalière. « J’ai grandi avec des Terre-Neuve, dont mes parents faisaient l’élevage. Par la suite, j’ai toujours eu des chiens, je ressens leurs humeurs, leur caractère. J’ai perdu le mien, Pete, un terrier gallois, au mois de mai. Pour le moment, je vis mon deuil, mais je pense qu’un autre entrera bientôt dans ma vie. J’ai aussi toujours eu des chevaux. Celui que j’ai aujourd’hui a 21 ans, et, par son caractère, est une véritable petite merveille.  »
L’artiste a peint toutes sortes d’animaux domestiques, du chat au cheval en passant par certains spécimens plus insolites comme des poules ou un cochon laineux. Elle avoue qu’elle adorerait honorer un jour une commande de portrait de vache, animal qui la fascine. Sur demande, elle pratique toutes les techniques (aquarelle, gouache, huile…) sur toile ou sur bois. Ses tarifs sont abordables pour toutes les bourses puisque les premiers prix pour un petit tableau voisinent les 300 francs, allant ensuite en crescendo en fonction de la taille de l’oeuvre.
Dans son atelier où règne un joyeux désordre composé d’une multitude de papiers, de tubes de peintures, de pastilles d’aquarelle, de crayons et de pinceaux, elle travaille sans se lasser. « C’est vrai que l’idéal serait de peindre en faisant pauser les modèles, mais ce serait trop fastidieux pour eux. Un enfant, par exemple, s’ennuie très vite de devoir rester tranquille. Quant à un animal…n’y pensons même pas! Je me contente donc des photos qui me permettent malgré tout d’imaginer le sujet en trois dimensions. »
Sa préférence dans ce qu’elle réalise? Tout… avec un petit coup de cœur pour les trompe-l’œil qu’elle aime peindre, mais qui lui sont trop rarement demandés!

+ D’INFOS

Niki de Mestral: Tél. 0041 21 803 53 73 – Fax: 041 21 803 53 74
Courriel: demestral.design@bluewin.ch
Site: www.portraits4ch.com