avril 2009
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Catégories

Catégories

Archives mensuelles : avril 2009

Les dernières nouveautés des éditions Gallimard Jeunesse méritent le détour…

En voici un petit florilège:

– « Catherine de Médicis », journal d’une princesse italienne 1530-1533
images5.jpeg
Mon coup de coeur… Ce livre est écrit comme un journal intime tenu par la jeune Catherine au moment de voir s’ouvrir devant devant elle son fabuleux destin de future Reine de France. L’écriture est limpide, le récit passionnant. Le tout sur un papier parcheminé qui transporte les jeunes lecteurs dans le passé…
(Age conseillé: 9 à 13 ans . « Catherine de Médicis, journal d’une princesse italienne, 1530 — 1533″, par Catherine de Lasa. Collection « Mon Histoire », Gallimard Jeunesse.)

– « Les idées géniales de Raoul Craspouille »
images13.jpeg
Si vous voulez offrir un livre amusant et impertinent, optez pour celui-ci. Raoul est un petit personnage pas très propre et plutôt fripouille, doté d’une imagination sans limites. Il se lance des défis tous plus fous les uns que les autres mais… les relèvera-t-il vraiment? Un livre plein d’humour et de fantaisie, comme les enfants les aiment.
(Age conseillé: 7 à 10 ans. « Les idées géniales de Raoul Craspouille », par Alan MacDonald. Illustré par David Roberts. Collection Folio Cadet, Gallimard Jeunesse. )

– « Bienvenue les trolls! »
images22.jpeg
Ils sont sales, hirsutes, très moches. Lorsque la famille Troll vient s’installer dans sa nouvelle maison, le moins que l’on puisse dire est qu’elle fait sensation auprès de ses voisins, la famille Fierotin.
Comment se déroulera la cohabitation entre cette famille d’humains (de « zoms » comme disent les trolls) parfaitement normale, et cette famille de trolls… parfaitement normale aussi, mais selon d’autres critères? Léger, mignon avec une moralité: il ne faut jamais se fier aux apparences!
(Age conseillé: 8 à 11 ans. « Bienvenue les Trolls! », de Alan MacDonald. Illustrations Mark Beech. Collection Folio Cadet, Gallimard Jeunesse)

– « Les recettes des Mirlimarmitons »
images32.jpeg
A la base, la vocation essentielle de ce livre est d’être un ouvrage de recettes de cuisine pour les enfants. Et il remplit très bien ce rôle. Mais il en assume un autre également: celui d’être original, parsemé d’anecdotes, et illustré de dessins rigolos. A découvrir! Ce sera un livre que l’on utilisera souvent…
(Age conseillé: 7 à 11 ans. « Les recettes des Mirlimarmitons », par Paul-André Tanc. Dessins de Virginie Will. Collection Giboulées, Gallimard Jeunesse)

– « Opération Phenix » Saison 1
images41.jpeg
C’est un véritable livre d’espionnage au suspens et au rythme haletant que nous propose Franck Krebs. Les services secrets de toute la planètes sont sur les dents: un meurtrier a dévasté un centre commercial, à Pékin. Plus de 300 morts mais… aucune arme connue. Parallèlement, dans différentes capitales, quatre jeunes gens sont enlevés par un mystérieux organisme. Pourquoi? Au moment où les quatre héros du livre le découvriront, il sera trop tard. Ils seront engagés dans l’opération Phénix… un combat sans merci contre un ennemi impitoyable, comme le monde n’en avait encore jamais connu…

(Age conseillé: 12 à 16 ans. « Opération Phénix, saison 1″, de Franck Krebs. Gallimard Jeunesse)

Vous vous souvenez de Baboune, la petite chienne de mes voisins qui a goûté le museau de Scotty le week-end dernier?
J’ai bien envie de vous en reparler.
Car la réaction de mes voisins est sans doute la plus sensible et la plus intelligente qu’il m’ait été donné de voir.

Donc, il faut savoir que la petite chienne en question vient d’une lignée où, apparemment, les parents sont nerveux, aboyeurs et un brin mordeurs.
Baboune, en digne fille de sa mère, a pincé elle aussi quelques fois avant de savourer la truffe scotischienne.
Pour mes voisins, le choc a été rude. Il n’était pas question pour eux de laisser leur chienne dévorer celle d’à-côté.
De plus, en maîtres responsables, ils craignaient qu’elle ne morde un enfant.

L’idée les a effleurés de s’en séparer.
Ce que j’aurais personnellement très mal vécu, et qu’ils auraient supporté encore plus mal.
Mais une réflexion commune entre Véronique, son mari et ses enfants les ont amenés à revoir les bases de l’éducation qu’ils ont donnée à Baboune.
Ils ont donc contacté un moniteur canin pour prendre son avis et suivre quelques séances avec leur chienne, ont modifié ses habitudes de vie et envisagent de la stériliser.

Je crois qu’il n’y avait pas moyen de mieux faire.
Un coup de chapeau: leur réaction pourrait servir d’exemple…

Martine Bernier

Est-ce parce que j’ai confié mon horreur des week-end sur ce blog? Toujours est-il que celui-ci s’est terminé de manière insolite.

Je vais faire l’impasse sur le dimanche matin Pas drôle. Donc je me suis consacrée à mon travail, histoire de ne pas penser. Ou du moins de ne pas trop penser. Vers 11h30, on frappe à ma porte. Je tire la chevillette et la bobinette cherra (je sais, sortie du contexte, la formule surprend), et me trouve face à ma voisine Véronique.

– J’ai lu ce que tu as écrit sur ton blog à propos des week-end… C’était tellement triste que je me suis dit que j’allais te rendre une petite visite et te montrer ce montage photos. Enfin… si cela t’intéresse! Cela te montrera un  peu mieux qui nous sommes…

J’ai accepté avec enthousiasme. Nous nous sommes installées devant l’ordinateur, et elle m’a fait entrer dans l’ambiance tendre et joyeuse des fêtes familiales, me racontant les bonheurs et les chagrins de leur vie. C’était un cadeau attendrissant… Après le départ de Véronique, j’ai emmené Scotty au jardin.

Baboune, la petite chienne de Véro et Stéphane, trottinait, attachée, sur le muret qui sépare nos jardins. Comme je l’ai déjà expliqué, elle n’aime pas trop Scotty. Donc j’ai tenu cette dernière à bonne distance. Seulement voilà… Profitant d’un moment d’inattention de ma part, Scott a foncé vers  la visiteuse et sa laisse m’a échappée des mains. Le temps que je me précipite et j’ai assisté à une scène  digne du film Rocky. Scotty a un petit côté Rantanplan. Elle a déjà eu maille à partir avec Baboune, sait que celle-ci ne l’aime pas, mais retourne vers elle joyeusement dès qu’elle la voit apparaître. Parce que elle, elle l’aime beaucoup. Oui, je sais: il lui manque une case… Ce chien est le plus doux des chiens. Je crois que si des cambrioleurs forçaient la porte de la maison, non seulement elle leur ferait la fête, mais, en prime, elle leur offrirait un café!

Là, malgré les aboiements nerveux de notre voisine à quatre pattes, elle s’est plantée à côté d’elle en remuant la queue. Du style: « Salut! Tu viens jouer? »

La réaction a été immédiate. Nous avons eu droit à « Règlement de compte à OK Jardin. » Je m’attendais presque à entendre résonner la musique d’Enio Morricone. Je trouvais même une très légère ressemblance entre Scott et Charles Bronson. Si. Au niveau de la moustache.

Raconté comme cela, c’est exotique. Le hic était que Scott n’était pas armée. Et que même si elle l’avait été, elle n’aurait pas su quoi faire de son colt. Baboune a sauté gracieusement, a décidé de manger Scott et l’a mordue au visage. Cela n’a duré que quelques secondes. Quand elle a vu que j’arrivais, elle a fini par la lâcher et est retournée prudemment de l’autre côté du mur. A peine gênée.

Scotty, fidèle à elle-même, n’avait même pas fait mine de se défendre. Elle avait l’air plus surprise que souffrante. Je l’ai rentrée. Et c’est une fois à l’intérieur que j’ai vu du sang sur le sol et sur mes vêtements. Elle était blessée au museau. J’ai couru chercher Véronique, désolée, pour qu’elle la tienne pendant que j’essayais de regarder et de désinfecter la blessure. Mais il a fallu se rendre à l’évidence: cela n’allait pas suffire, la morsure était trop profonde. Béatrice, avertie par les enfants, a confirmé notre doute: il fallait filer chez la vétérinaire.

Je vous passe les détails: direction véto avec Béa, toujours aussi épatante de serviabilité, soins, nouveau rendez-vous pour le lendemain, retour à la maison et visite de Véronique complètement désolée. L’après-midi s’est poursuivie chez Béa et Fred, autour d’un gâteau. Nos conversations se font de plus en plus amicales. Et je confirme pour mes amis Suisses qui me posent la question: oui, mille fois oui, mes voisins sont mes anges gardiens.

Quant à ma  Scott, je dois la ramener ce lundi chez le vétérinaire pour que nous avisions sur la nécessité ou non de recoudre la plaie.

 

Martine Bernier