mai 2009
L M M J V S D
« Avr   Juin »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 4 mai 2009

Ses oeuvres font le tour du Net à travers des diaporamas. Et il faut reconnaître que ce que fait Ron Mueck est sidérant.

Ce sculpteur australien travaillant en Grande-Bretagne,  crée des êtres humains hyper réalistes, en résine et silicone, plus grands que nature. Ils ont l’air si vivants qu’ils fascinent, mettent presque mal à l’aise ceux qui les regardent et qui se sentent presque voyeurs. Car les corps qu’il choisit de reproduire ne sont pas ceux d’Apollon, mais des corps en surpoids, vieillissants, attendrissants dans leurs défauts, dans leur humanité.  Ron Mueck a le goût du détail, de l’expression. Il navigue dans un hyper réalisme presque dérangeant tellement il est remarquable.

Ses oeuvres géantes au milieu des spectateurs liliputiens, c’est vous, c’est moi, c’est nous. On dit de cet artiste qu’il est le sculpteur de la fragilité, de l’émotion. Il reproduit tous les âges de la vie, toutes ces phases qui nous rendent vulnérables.

Il passionne le public, et pourtant Ron Mueck est démoli par la critique qui ne le considère pas comme un artiste. Est-ce parce qu’il est un ancien marionnetiste qu’il n’est pas pris au sérieux? Ses détracteurs le comparent aux sculpteurs qui signent les oeuvres de cire des Musées Grévin ou Tussaud. D’autres s’extasient devant la précision de son travail.

Lui s’en moque. Il continue sa quête. Et apporte sa contribution au paysage artistique contemporain, que les critiques le veuillent ou non.

Martine Bernier

http://www.youtube.com/watch?gl=MX&hl=es-MX&v=zVN1803AgIU

http://www.dailymotion.com/video/x16m1a_ronmueck