juillet 2009
L M M J V S D
« Juin   Août »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 10 juillet 2009

Un sondage réalisé par téléphone par l’institut TNS Infratest auprès de 40000 hôteliers durant le mois de juin a livré ses secrets. Les Français seraient…les pires touristes du monde.

Ils seraient  pingres et mauvais en langues, malpolis, et auraient une attitude générale déplorable. Notez qu’ils ont quand même des qualités: ils se classent troisième (sur 27 pays) en ce qui concerne leur élégance, leur discrétion et leur propreté. Ouf.

Mais alors, qui sont les touristes les plus agréables? Les Japonais! Ils sont en tête pour les critères de politesse, propreté, discrétion, ainsi que pour leur attitude et leur faible tendance à se plaindre. Le grand japonais qui s’est un jour endormi devant moi à l’Opéra de Malte, ne daignant pas applaudir après la représentation, mais dérangeant tout le monde pour filer avant le gros de la foule, devait être l’exception qui confirme la règle…

Les Britanniques sont en deuxième position pour l’attitude, la politesse, la générosité, la discrétion et l’élégance. Mais ils sont dépassés dans la catégorie « touristes les moins râleurs » par les Canadiens, qui décrochent une deuxième place.

Les Espagnols et les Grecs sont en queue de peloton, juste devant les Français au classement général. Et bien…

 

Se lever sans avoir fermé l’oeil de la nuit ou presque, c’est un peu dur.
Il faut se booster, s’obliger à avancer… parce qu’un petit chien qui n’a rien demandé à personne attend que l’on s’occupe de lui.

D’emblée, la journée commence par la visite d’un oiseau, à deux mètres de moi. Je le regarde sans presque oser bouger. Visiteur matinal, en pleine forme dès l’aube. Veinard…
En sortant Scotty, je rencontre Véro et Stéphane. La journée commence pour eux aussi.
Il y a des jours plus difficiles que d’autres. Aujourd’hui, je dois serrer les dents.
Ma thérapie est aussi mon travail: l’écriture.
J’écris, j’écris, j’écris…

En écoutant les nouvelles, je suis toujours aussi frappée par ce fait divers évoquant l’abandon de deux enfants, presque encore des bébés, dans un jardin public.
Abandonner un enfant… sujet sensible, chez moi.
Je  comprends que l’on confie son enfant dans les cas où la mère est dans une détresse infinie.
Mais un adulte sain et solide qui renie ses responsabilités, qui préfère faire semblant d’ignorer qu’un être vivant a besoin de lui, m’inspire des sentiments qui vont au-delà du dégoût.

Fred m’emmène chez ses parents où je découvre sa petite nièce, Pauline, une poupée blonde et délicate, de 3 ans.
Par la même occasion, j’apprends que notre Fred national a une identité cachée: pour la petite fille, il est « Tonton Camion ».
Il aurait pu tomber plus mal si j’en crois le surnom qu’elle a donné à son autre oncle. Non, n’insistez pas, je ne le révélerai pas.
Pas envie que le pauvre homme soit reconnu dans la rue et traîne le poids de sa disgrâce sur la place publique!

L’après-midi, me rendre à St-Nazaire est une douleur que je gère tant bien que mal, en m’efforçant de faire bonne figure.
Décidément, je ne suis pas en forme, aujourd’hui.