juillet 2009
L M M J V S D
« Juin   Août »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 12 juillet 2009

Le jour avance. Dans l’après-midi, Parrain et Monique, mes parents de coeur, arrivent, comme promis, pour un petit séjour. Dès le début, l’accueil du Triangle d’Or est adorable. Accueil de Fred et Béa d’abord, renforcé par l’arrivée de Véro puis Stéphane, qui viennent eux aussi saluer ceux que je considère comme mes parents. Le courant passe très vite: ils sont adoptés.  Fred leur fait griller des sardines fraîchement pêchées, et nous décidons de concert de nous rendre tous ensemble, le soir, au feu de la St Jean.

Il est grand, avec ses 12 mètres de hauteur…

Lorsque nous arrivons, le feu est déjà lancé, admiré par une foule de gens ravis. Nous sommes tous fascinés… La tour de bois enflammée est impressionnante. Elle dégage des nuées d’étincelles, étoiles d’or rouge qui retombent en halo. Le feu est beau, troublant…

Au bout d’un long moment, nous nous dirigeons tous vers le lieu où quelques personnes dansent. Certaines le font très bien. D’autres sont nettement plus approximatives. La disco mobile égrene à tue-tête des tubes des années 80

Je ne suis pas une fervente de ce genre de soirée. Le feu, j’aime… le bruit et la musique forte, beaucoup moins. Mais là, entourée de gens que j’aime, j’apprécie de les voir heureux. L’ambiance est toute simple. Je regarde les yeux de Véro, si chauds, si pétillants. Béa qui s’amuse. Fred qui ne peut s’empêcher de nous faire un numéro de haute-contre sur la musique du Petit Gonzalès, sous l’air faussement mortifié d’Aurore qui, sur le moment, nie farouchement tout lien de filiation avec ce chanteur particulier. Stéphane qui sourit à ses choristes…  Parrain et Monique ont l’air parfaitement à l’aise. De mon côté, je n’évolue pas dans mon univers, mais je ne me sens pas étrangère.

La soirée se termine tard. Elle a été douce…

Au moment d’écrire ces lignes, je pense à quelqu’un qui m’a laissé des messages, ces derniers jours. J’aimerais qu’il sache que mon monde n’est ni fermé, ni figé. La vie et les rencontres autour du petit muret ne sont pas réservées à un groupe de personnes et fermées à d’autres. Nous nous nourrissons de rencontres, de partage. Dès l’instant où chacun respecte l’intimité de l’autre, il a sa place dans cet univers.

Martine Bernier

Deux nouvelles inattendues ont attiré mon attention, aujourd’hui.

En Grande-Bretagne, une école primaire n’a rien trouvé de mieux que d’inciter les élèves à s’entraîner à la lecture devant… des chiens. Motif: les toutous ont le bon goût de ne pas se moquer lorsque les apprentis lecteurs buttent sur un mot.

Une association a donc « prêté » ses animaux. Et, depuis le mois d’avril au cours duquel le projet a été lancé, le  niveau en lecture semble avoir augmenté.

Quelques voix s’élèvent (quand même!!) pour signaler que le projet n’est peut-être pas aussi génial que cela, étant donné qu’un chien, même s’il est dégoulinant de bonne volonté, ne peut pas corriger les erreurs éventuelles.

Ah bon? A la lecture de « La Métamorphose » de Kafka, mon chien n’hésite pourtant pas à me reprendre quand je ralentis le rythme…

Autre nouvelle farfelue. Si vous cherchez un emploi, j’ai peut-être trouvé celui de votre vie: sorcière.

Idéal pour les mères de familles qui n’ont jamais rien fait d’autre que de rester chez elles à s’occuper des enfants et du ménage, et qui cherchent à se recycler.

Cela se passe en Grande-Bretagne également, où les responsables des grottes de Wookey Hole ont passé une annonce d’emploi à l’ANPE Britannique. Ils souhaitent recruter une sorcière qui animera les visites des grottes et présentera aux visiteurs l’univers des sorcières.

Si vous voulez postuler, sachez que vous devrez savoir ricaner, ne pas être allergique aux chats et travailler durant les week-ends et les vacances scolaires. Pour 60000 euros annuels, , il faudra « vivre dans une grotte, être une sorcière et faire tout ce que font les sorcières. » Est recherchée une personne sympathique mais également espiègle avec beaucoup de caractère ».

L’histoire ne dit pas s’il faut avoir une verrue sur le nez et si la candidate risque de finir en méchouis sur le bûcher. Ce qui mériterait une petite prime de fin d’année…

 

Martine Bernier