février 2010
L M M J V S D
« Jan   Mar »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728

Catégories

Catégories

Archives mensuelles : février 2010

Pourquoi donne-t-on si souvent des noms de femmes aux ouragans et aux tempêtes?
Celle qui a traversé la France s’appelle Xynthia.
Un joli nom.
Ce qui ne l’a pas empêchée de tuer au moins 45 personnes, uniquement en France.
Noyées ou frappées par des débris.

La vue de la Vendée inondée, qui attend encore une grande marée, est désolante… 
Une phrase m’a beaucoup frappée, dite par le ministre des transports, Dominique Bussereau: « L’océan est rentré dans les terres ».
Un phénomène inconnu jusqu’ici.
Et les journaux indiquent que plus d’un million de foyers seraient sans électricité.

La Belgique a essuyé elle aussi une sérieuse tempête, m’expliquait un ami dont le chalet est menacé par un cèdre.

Rassurée sur le sort de ceux que j’aime en France, je pense à Lui.
Il est en mer à l’heure où j’écris. Et ce soir, même si j’adore la mer, je n’aime pas cela.

La Suisse a vu passer Xynthia, elle aussi.
Des pointes de vent de 160 km/heure ont été enregistrées, et c’est le Chablais qui en a le plus souffert.

Ce soir, alors que je sortais Pomme, l’air était sans un souffle.
A peine quelques gouttes de pluie.
Et soudain, le vent est arrivé.
Les arbres se sont tordus, pliés…
J’étais tellement surprise que j’ai mis quelques secondes avant de réaliser que mon mini mogwaï de même pas trois kilos était renversé par le souffle.
Je l’ai prise dans les bras, me suis éloignée des arbres et, depuis le sommet du pré, qui forme une sorte de colline, j’ai regardé le torrent.
Plus la rivière, le torrent.
La nature, lorsqu’elle est furieuse, est dangereuse, oui, mais aussi fascinante.
Je ne suis rentrée que parce que ma chienne tremblait de peur ou de froid.

Mais ce soir, j’ai presque honte d’aimer autant le gros temps, alors que tellement de personnes vivent des moments tragiques, en France et ailleurs.
Xinthia, avec son nom de guerrière antique, va laisser sa colère s’essouffler au centre de l’Europe. Mais sa fougue a été terrible.

Martine Bernier

 

Tous les bulletins météo annoncent des vents violents sur la France, cette nuit et demain, et notamment sur la Bretagne.
Comme souvent, les vents sont annoncés d’une puissance de 130 à 150 km/h sur les côtes.
Aurore m’en parle…
Et je ne suis pas là-bas pour le voir…

Il ne reste qu’à espérer que personne ne se fera emporter par les vagues, distrait par le spectacle de la mer ravagée.
Elle est si belle, la mer, quand elle devient folle…
Je l’ai souvent vue dans cet état.
Impossible pour moi de me détacher de sa vue lorsqu’elle vient s’écraser sur les rochers.

Mais à chaque fois, je me suis demandé: comment les oiseaux supportent-ils ces épisodes violents?
Même cachés dans les aspérités des falaises, ils doivent être bien secoués…
Combien d’entre eux sont broyés à chaque tempête?

La France attend sa tempête, un tsunami secoue le Pacifique, épargnant miraculeusement les statues de l’île de Pâque, mais touchant l’île de Robinson,  la Terre de Feu subit l’un de ses pires séismes… la terre semble partir en petits morceaux…

Tandis que l’océan prépare sa colère, le lac Léman, lui, vit ses premières journées de pré-printemps.
Pas une vague, pas une ride.
Mais la rivière qui coule derrière chez moi, elle, a changé de visage.
La première fonte des neiges et les pluies de ces derniers jours ont transformé le paisible cours d’eau en un torrent rugissant, qui effraye les chiens du quartier.
Le niveau a beaucoup monté, et le débit de l’eau n’a plus rien à voir avec celui de ces derniers mois.

En sortant Pomme, je vais le voir, plusieurs fois par jour.
Je le regarde…
Je le trouve magnifique…. mais je rêve de l’Atlantique.

Martine Bernier

 

Nathan a 16 ans.
Bien qu’il fasse partie de ma famille proche, je ne les vois, sa petite soeur et lui, qu’une fois par an, pour des raisons géographiques.
Mais c’est à chaque fois un bonheur.

Mercredi soir, les retrouvailles se sont déroulées dans une station de montagne bien connue de Roman Polanski et de Johnny Halliday.

J’ai eu la surprise de découvrir un jeune homme de plus d’1,80m.
En un an, Nathan s’est radicalement transformé.

Beau comme on peut l’être à son âge, il a un physique rappelant à la fois James Dean et Guillaume Depardieu.
Pétri d’humour, il est très drôle, tout en visitant les méandres de son incontournable adolescence.

Même si nous ne nous voyons pas aussi souvent que je l’aimerais, je crois que sa soeur et lui savent que j’ai pour eux une grande tendresse.

Mon rôle d’élément neutre nous permet de tenir des conversations sur les sujets les plus farfelus sans que Nathan ne s’en offusque.
Nos discussions sont entrecoupées de pas mal de rires, depuis toujours, avec lui comme avec Candice, sa petite soeur.
Cette fois, nous avons parlé de sa vie sentimentale avant d’en venir au sujet crucial…

Nathan cultive un look que semblent chérir pas mal de jeunes de son âge: l’art du pantalon qui tombe sans tomber.
Parce que c’est un art!
Comme le sujet m’intrigue, et que je suis totalement néophyte dans le domaine, j’ai décidé de profiter de sa présence pour l’interroger sur les questions que tout adulte normalement constitué se pose sur le sujet:

– Pour avoir des jeans qui tombent aussi bas, tu les achètes plus larges que ta taille?
– Non, non! Ce sont des pantalons taille basse, spéciaux!
– Et.. ce n’est pas inconfortable de porter des vêtements que tu risques de perdre à chaque instant?
– C’est toute l’astuce: on ne risque pas de les perdre, ils tiennent bien!
– Hum… en tout cas, tu as intérêt à porter de beaux sous-vêtements!
– Je les choisis! J’ai de TRES beaux caleçons.
– Je suis heureuse de l’apprendre!

Sa maman est intervenue, expliquant la démarche déhanchée de son ado de fiston depuis qu’il porte ce genre de vêtement, et sa crainte qu’il ne la conserve lorsqu’il aura changé de look.
Précisant au passage que son défunt père, grand-père de notre ado, portait, lui, des caleçons longs.
A cette évocation, j’ai quasiment vu les oreilles de Nathan se dresser:
– Des caleçons longs?? Qu’est-ce que c’est?
– Des caleçons qui lui arrivaient jusqu’aux genoux…

Tout le monde s’attendait à une réaction moqueuse, mais non… il s’est exclamé:
– Mais c’est génial!!! C’est ça qu’il me faut!!

Comme quoi, s’il se penche sur ce genre d’attirail, sorte de filet de sécurité, sa confiance en la bonne tenue de ses pantalons ne doit finalement être que très relative…
J’imagine que son grand-père aurait apprécié d’apprendre qu’il avait inconsciemment un look semi-adolescent que ne renie pas son petit-fils…

Dans le très bel hôtel où la famille était descendue et où nous passions la soirée, les serveurs portaient tous des noms inattendus, indiqués sur des badges épinglés aux vestes. Ce détail n’avait bien entendu pas échappé à Oeil-de-Lynx qui avait plaisanté toute la soirée sur le sujet.
Le point culminant de son délire est intervenu lorsque toute l’équipe de service est arrivée à la table voisine, en fin de soirée, en portant un gâteau d’anniversaire et en chantant en choeur « Joyeux Anniversaire ».
Emporté par la liesse ambiante, Nathan a lancé, hilare:
– C’est merveilleux! Merlin, Attila, Romaine, Simone… il y a même Blanche-Neige et les Sept Nains! Ils sont tous là!! On se croirait dans le film Shrek!!!

Amusée, je lui ai dit en riant: « Toi, je pense que je vais t’adopter! »
Très significatif de la douce période adolescente, d’une même voix, mais de trois côtés de la table, un triple « Oh Oui!!!! » a fusé, de la part de Nathan et de ses parents.

Entre deux souffles de folie, cet attachant garçon aux cheveux longs et aux pantalons fugueurs devient grave et me confie sa difficulté à dialoguer avec son père, à se faire entendre de lui.

Tout est normal…

Nathan…
Il y a pas mal d’années, ton père et moi avions seize ans presque ensemble, et nous aussi devisions, lorsque nous nous retrouvions, sur le fait que nous étions incompris.

Les pantalons changent, l’importance du caleçon aussi…
Mais l’histoire se répète…

Martine Bernier