Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 21 mai 2010

Très souvent, lorsque je suis en interview, les personnes que je rencontre se confient, me parlent de sujets très éloignés du thème principal. Parce que le courant passe, simplement…

Ca a été le cas ce jeudi, où, alors que je l’interviewais et que notre conversation avait pris une tournure plus intime, une jeune femme m’a raconté une histoire qui m »a profondément touchée.
Celle de son oncle.

Le père de ce dernier avait planté un arbre trois ans avant sa naissance.
Un cerisier.
L »enfant et l »arbre ont grandi ensemble.
Petit garçon, adolescent, puis homme, il a noué sa vie autour du cerisier, y retrouvant ses amis pour des grillades, se reposant sous ses branches, cueillant ses cerises à la belle saison.
C’était son coin de bonheur, « son » arbre.
Un bonheur de cinquante ans.
Et puis un jour, les propriétaires du pré où se trouvait le cerisier ont décidé de le reprendre pour leur usage, et ont fait savoir à ce monsieur qu’il n’aurait plus le droit de s’y rendre.
Pour lui, ça a été un crève-coeur, une souffrance intolérable.
Quelques semaines plus tard, il mourrait d’un arrêt cardiaque.

L’histoire ne s’arrête pas là.
L’homme avait toujours demandé qu’après sa mort, ses cendres soient dispersées autour de son arbre.
Sa famille a exaucé son voeu, discrètement.
Peu de temps après, ce printemps, le cerisier est mort à son tour.
Et ce alors que l’an passé encore, il était florissant et a donné une récolte abondante.

La jeune femme avait les larmes aux yeux en me racontant cet épisode de sa vie.

Martine Bernier