Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 9 juillet 2010

Au moment de se présenter au fameux Brevet, elle savait déjà qu’elle avait accumulé suffisamment de points pour l’obtenir sans même avoir besoin de le passer.
Mais ce serait mal connaître Aurore que de penser que ce succès lui suffirait.
Elle a décidé qu’elle allait viser la mention « Très Bien ».
J’ai su très vite qu’elle l’aurait.
Cette jeune demoiselle de bientôt 15 ans est intelligente et tenace.

Elle, elle doutait.
Comme toujours.
Normal… le talent n’est jamais vraiment sûr de lui.
Brel était malade de trac avant de rentrer en scène.
Les plus fins esprits se remettent constamment en question.
Il n’y a que les petits pour prétendre à l’arrogance.
Eux sont sûrs d’eux, convaincus d’avoir raison.
Ce n’est pas son cas.

Je savais que les résultats seraient disponibles en début de soirée, ce vendredi.
J’ai focalisé sur ce passage si important pour ma « fillotte ».
Pas sur ce que j’ai vécu hier.
Je lui ai laissé un message.
A 18 heures, elle m’appelait.
Sa mention, elle l’a obtenue.
Ses parents, ses proches: tout le monde en est heureux.
Cette sylphide qui, avec sa beauté si pure dont elle n’a pas conscience, aurait pu servir de modèle à Boticelli nous a encore épatés.

Et moi, croyez-moi si vous le voulez, mais c’est la première fois que j’ai une réelle admiration pour une jeune fille de cet âge.
Elle a du caractère, de la volonté, de l’intelligence, du coeur, de la loyauté, de la sensibilité et du courage.
Avec un tel bouquet de qualités, il est assez normal qu’elle me soit si précieuse.
Non?

Martine Bernier