Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 17 juillet 2010

C’est un choc.
L’annonce de la mort de Bernard Giraudeau me bouleverse.
Cet être lumineux, courageux, au destin si riche qu’il donnait l’impression d’avoir vécu plusieurs vies, nous a donné l’exemple.
L’exemple de la dignité et de l’intelligence face à la maladie.
Lorsqu’il était venu présenter l’un de ses films aux Diablerets, au Festival International du Film Alpin, il avait séduit par sa forte personnalité autant que par son sourire irrésistible et le bleu de son regard. Anny Duperey, qui était alors son épouse, avait séduit tout autant, d’ailleurs…
Lorsqu’il entrait quelque part, on ne voyait que lui.
Un prince…
Je n’aime pas savoir qu’il n’habite plus sur la même Terre que nous…
J’ai souvent écouté et lu ses interviews ces derniers mois, au cours desquelles il a beaucoup parlé de la maladie, de la mort.
Il a tout donné avant de partir.
Je m’incline devant la grandeur de cet homme hors du commun, un homme fort, droit et profond, généreux, pudique, qui ne geignait pas, qui parlait avec une noblesse admirable.
Un acteur et un homme flamboyant, plein de fougue…
Il nous a montré, lui qui fut marin, acteur, réalisateur, écrivain, homme de coeur et de cran, que le temps ne doit pas être gaspillé, que les êtres, le monde et la vie doivent être explorés sans perdre une miette du temps qui nous est accordé.
Il nous a montré ce qu’est un homme d’honneur et de bien.
Un homme respecteux des autres.

                                                                      **********************************

Ecriplume (dont la mise hors service de quelques heures, ce matin, a provoqué une vague de messages) a reçu une jolie surprise, aujourd’hui.
Le peintre Jacques Ousson a réagi à un article que je lui avais consacré.
Que cet homme si talentueux ait pris la peine d’écrire ces quelques lignes est un très joli cadeau…

Une matinée passée avec un ami, un article écrit pour rendre service, un début d’après-midi avec quelqu’un qui m’est cher et… je mûris une décision.
Envie de reprendre des études.
Juste pour le plaisir.
Deux universités sont contactées.
Qui vivra verra!

Martine Bernier

En réponse aux messages qui me sont arrivés depuis cette nuit: oui, il semblerait qu’Ecriplume et mes trois autres blogs aient été impossibles d’accès jusqu’à environ 9 heures ce matin.
La raison est toujours la même: une maintenance d’Unblog, le site hébergeur.
Pardon pour ce contretemps, et merci pour votre patience!