Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 14 octobre 2012

Quelques mois avant sa mort, mon père m’a inscrite dans une école de musique pour que j’apprenne la guitare.
Je sais que lui-même, qui adorait chanter, aurait aimé savoir en jouer.
Il avait perçu une certaine facilité pour la musique chez moi, et voulait que je sache jouer d’un instrument.
Il chantait souvent, nous apprenait les chants scouts, en aimait certains particulièrement, comme… « Le Sorbier de l’Oural ». 

Seulement voilà.. ce n’était pas le bon moment pour moi.
J’avais reçu une guitare d’enfant mal choisie, au son quelconque, nantie de cordes en acier qui me déchiraient les doigts.
J’allais lui annoncer que je voulais arrêter, lorsqu’il nous a quittés.
Je m’en suis énormément voulu: je n’ai pas pu lui donner la joie de m’entendre, alors que  la guitare et la musique ont tenu ensuite une place capitale dans ma vie.

Trois ans plus tard, j’ai eu envie d’apprendre.
Un ami de ma mère m’a donné une vieille guitare, très laide, mais qui avait un son velouté, bien rond… et des cordes en nylon.
Seule dans ma chambre, j’ai appris à jouer.
Je traînais ma guitare partout avec moi.
A force de jouer, je finissais par me débrouiller.

Aujourd’hui est le jour anniversaire de  la mort de mon père.
Pour la première fois depuis son départ, en 1968, je vais suivre le conseil d’une amie et marquer ce jour en mettant en place certains rites à son intention, moi qui n’ai même pas pu assister à son enterrement.
Parmi ces rites… je vais prendre ma guitare et lui chanter « Le Sorbier de l’Oural ».

Martine Bernier