décembre 2012
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 22 décembre 2012

Pomme a deux amis chiens: Dandy, craquant Yorshire, et Herby, fougueux Boston Terrier.
Ce dernier est le chien de ma belle-fille et de mon fils.
Pomme et lui sont très différents l’un de l’autre.
Bichon havanais femelle, Pomme est tout en poils noirs, avec juste un coeur blanc sous le cou.
C’est un petit chien « chiffon »,joyeux,  très féminin, délicat  dans sa façon de se tenir, de se comporter.
Elle a un petit nez retroussé, de grands yeux noirs le plus souvent cachés sous un rideau de poils, une queue en panache qu’elle remue comme un jouet mécanique.
Elle ne perd sa douceur que lorsqu’elle joue avec mon Capitaine, qui l’entraîne dans des jeux à n’en plus finir.
Puis, lorsqu’ils ont posé les armes, tous les deux, elle va se coucher sur l’accoudoir de son fauteuil tandis qu’il la caresse en suivant un film ou un reportage.

Herby est légèrement plus grand que Pomme.
Tout en muscles et en nerf, c’est un athlète accompli, au poil court, noir et blanc.
Il a le museau aplati, les yeux globuleux, et… c’est l’un des chiens les plus expressifs et les plus amusants que je connaisse.
Sous ses airs de mauvais garçon qui se serait fait aplatir le nez dans une rixe de rue, Herby est un amour de chien, très affectueux, aux mimiques très drôles.

Comme mes fils partaient de temps en temps en colo lorsqu’ils étaient enfants, Herby est arrivé hier soir pour passer un week-end chez nous tandis que ses maîtres vont profiter du Marché de Noël de Strasbourg.
Comme Pomme, il est de toutes nos fêtes de famille.
Il nous connaît donc bien, et nos retrouvailles sont toujours chaleureuses.
Hier soir, il est arrivé avec mon fils, plutôt content de nous rendre visite.
Puis, Sébastien est reparti, vers 23 heures.
Et Herby nous a regardé avec un point d’interrogation dans les yeux: « Mais? Où va-t-il? »
Pas de gémissements ni d’angoisses apparentes.
Nous lui avions installé son couchage au salon, et mon Capitaine lui a expliqué en deux mots qu’il était l’heure d’aller dormir.
Deux minutes plus tard… il dormait.

Dans la nuit, il n’a pas bougé un cil, dormant comme un bébé.
Ce matin, vers 6 heures, il a « senti » que j’étais partie à la salle de bain à pas de loup, en espérant ne pas le réveiller.
J’espérais me recoucher… lorsque, en sortant de la pièce, j’ai découvert Herby qui m’attendait, sagement assis devant la porte, avec Pomme assise juste derrière lui.
J’ai compris que la journée allait commencer tôt.

Depuis le moment où ces deux-là ont décrété que la journée avait débuté ils ne m’ont pas quittée d’une semelle.
Entre les doubles câlins réclamés avec insistance, les regards lourds de sous-entendus (« Bon, quand est-ce qu’on mange? », « qu’est-ce que tu fais avec ce clavier? ») et les invitations à venir partager un jeu ou un moment de tendresse, les heures sont habitées.

Pomme et Herby se suivent partout, se chipent leurs jouets, se disputent mon attention et les croquettes.
Le jour se lève enfin.
Assis devant la baie vitrée de mon bureau pendant que j’écris, Herby regarde passer les premiers badauds, les premières voitures.
Et Pomme, assise un peu plus loin, regarde Herby…

Martine Bernier