Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 2 juillet 2013

51IrHPXC14L._

Les héros fictif de mon enfance n’avaient pas de visages.
Je veux dire par là qu’aucun acteur ne leur prêtait leurs traits.
Pour certains, ce fut le cas par la suite, mais pas au moment où je les découvrais entre les pages de mes livres.
La première fois que j’ai reçu un livre d’Henri Vernes, ma mère a dit: « Ce n’est pas un livre pour elle: c’est un livre de garçon! ».
Chic!
Je l’ai aussitôt emporté dans ma tanière et je l’ai lu en deux ou trois heures.
Je venais d’entrer dans le monde de Bob Morane…

Vive feu la collection « Marabout Junior » qui m’a permis de passer des jours entiers  à lire toutes les aventures de  Bob Morane, de Doc Savage, mais aussi des épisodes des vies de personnages prestigieux comme J.F. Kennedy, Mermoz, Pasteur, Charlie Chaplin, St Exupéry et tant d’autres.
J’adorais cette collection, autant que j’aimais les livres de « Marabout Mademoiselle ».

Dès que je voyais un livre avec le petit Marabout à lunettes, je mettais tout en oeuvre pour l’obtenir.
Cette collection a passionné des milliers d’enfants et de jeunes adolescents… et j’en faisais partie.
Figure de proue de la littérature pour les jeunes de l’époque, Bob Morane a évidemment été happé par le cinéma.
Lorsque j’ai découvert le héros et son acolyte Bill Balantine en chair et en os, j’ai été déçue.
Pas par le jeu des acteurs, non.
Simplement parce que je leur préférais les dessins qui ornaient les pages de couverture des romans.
Je pouvais les imaginer à ma guise, en suivant les descriptions de l’auteur.
Aujourd’hui, je cherche à me procurer ces ouvrages.
J’en possédais la collection quasi complète, mais des êtres indélicats s’en sont débarrassés, profitant que j’avais le dos tourné pour les vendre ou les jeter.
Tsss…
J’ai donc bien envie de demander à mon Capitaine d’hanter les brocantes avec moi… pour reconstruire l’un des petits piliers de mes souvenirs d’enfance…

Martine Bernier