Catégories

Catégories

Archives mensuelles : janvier 2014

Vendredi, déjà…
La semaine a été si riche que je ne l’ai encore pas vue passer.
Je suis aujourd’hui encore sous le charme des quelques heures passées hier avec deux membres de la famille que je vois rarement, mais auxquels je suis très attachée.
De passage en Suisse, ils ont fait une halte au Nid qui nous a permis de vivre des moments  formidables.
J’aime ces heures où les mots prononcés ne sont jamais superficiels, où les rires et la joie s’invitent à table.
Les éclats de rire de ceux qui découvraient l’humour de mon Capitaine, la profondeur de notre conversation…
Je ne pouvais pas m’arrêter longtemps de travailler, ayant trop de choses à assumer en ce moment.
Mais ces instants de pur bonheur m’ont dopée.
Et rendez-vous est pris pour des retrouvailles en été!
Avec le reste du Clan, cette fois…
Bon, l’heure tourne… au travail!

Martine Bernier

Photo_DELABY_PHILIPPE©DargaudMurenaT9p1

 

La  nouvelle est tombée hier, annoncée en communiqué de presse par les Editions Dargaud: Philippe Delaby, créateur de la série Murena, nous a quittés mardi, à l’âge de 53 ans.
Tous ceux qui aiment la bande dessinée savent que nous venons de perdre l’un de ses meilleurs dessinateurs, un grand maître en la matière.
Toutes les séries qu’il a créées étaient marquées par ses dessins magnifiques.
Dans Murena,bande dessinée historique, il a reconstitué de manière magistrale la Rome Antique, ses décors, les scènes  de la vie quotidienne, les complots, la violence…
Son talent, sa précision et son goût du détail nous offraient des trésors somptueux à chaque bulle, son travail était salué et reconnu par les spécialistes de l’Antiquité.108106_Murena_couv_recadre
Et nous, les fidèles, attendions les albums suivants avec délice.

Apprendre qu’il n’y en aura plus, que la trajectoire de ce sympathique artiste Belge a été interrompue aussi tôt est un choc.
Comme tous les artistes hors du commun, je le compare un peu au joueur de flûte de Hamelin.
Il charmait son public, nous entraînait là où il le voulait. 

Il mérite bien, ce matin, que je me  joigne à tous ceux qui lui rendent hommage, et qui incluent dans leurs pensées sa famille, ses proches et son complice Jean Dufaux dont on mesure la peine…

Martine Bernier

Henri Lambert

Henri Lambert

Dans les années 60, la télévision a diffusé un feuilleton que les enfants de ma génération ont suivi avec passion: « Signé Alouette », tiré d’un roman de la Bibliothèque verte.

Il faut dire qu’à l’époque, nous ne croulions pas sous les chaînes et regardions un feuilleton à la fois… parce que c’était ainsi.
Donc, « le » feuilleton était le sujet de conversation des cours de récréation.
Les rôles principaux étaient tenus par des enfants et des adolescents.
Parmi eux, Philippe Normand, que les jeunes téléspectateurs ont retrouvé ensuite dans un autre feuilleton pour « les jeunes »: « Les Galapiats ».

Daniel Emilfork

Daniel Emilfork

Je n’ai plus en mémoire le contenu du feuilleton, si ce n’est que, à la manière du Club des Cinq, il arrivait pas mal d’aventures aux jeunes héros.
Gangsters, enlèvement: tout était réuni pour frémir à chaque diffusion.

J’ai gardé deux souvenirs précis, pourtant.
L’une était la présence des comédiens Henri Lambert et Daniel Emilfork
Le premier avait un physique rappelant celui de Lino Ventura.
Le second avait un visage qui le prédisposait aux rôles de « méchants ».

Mon second souvenir est inoubliable.
La chanson du générique…
Aujourd’hui encore, elle me trotte dans la tête assez souvent.
Elle était chantée de manière très rapide par des enfants.
Un jour, je l’ai entendue reprise par un choeur d’hommes, et j’ai trouvé leur interprétation magnifique, puissante.

Le premier mot du refrain, « Chandernagor », revenait sur toutes les lèvres des gamins de mon âge, à tel point que, des années plus tard, j’avais l’impression que c’était le nom du feuilleton en question.
Je serais curieuse de savoir quels seront les souvenirs des adultes de demain qui sont les enfants d’aujourd’hui.
Quel programme aura l’heur de marquer les mémoires pour très, très longtemps?

Martine Bernier

Signé alouette