Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 28 mai 2014

IMG_0038

Quand l’architecte Antti Lovag (né en 1920) construit une maison, il a l’art de s’arranger pour qu’elle sorte de l’ordinaire.
Sa grande spécialité, ce sont les maisons bulles, d’insolites maisons d’art tout en rondeurs, en harmonie…
C’est dans cette optique qu’il a bâti le Palais Bulles, en 1979, à Théoule-sur-Mer, dans les Alpes-Maritimes.
Une construction qui a duré cinq ans et qui fut la troisième de ce type qu’il a construite.
Mille fenêtres hublots, une salle de réception capable de recevoir 350 personnes assises, un salon panoramique, dix suites décorées chacune par des artistes contemporains, une piscine, des bassins, un amphithéâtre…  ce luxueux caprice commandé par Pierre Bernard est une performance.
Son propriétaire n’en a malheureusement  pas profité longtemps.
En 1991, il décède et la maison est rachetée par le couturier Pierre Cardin.
A chaque fois qu’un documentaire lui est consacrée, je suis intriguée.
Antti Lovag a toujours dit de lui que, plus qu’un architecte, il est « habitologue ».
Son but est de concevoir des maisons, mais aussi du mobilier adapté à la morphologie humaine.
Des formes sphériques, partout…
S’il suscite l’admiration, il a dû faire face également à des détracteurs virulents durant sa carrière.
Et pour cause… son univers est très éloigné de ce que nous connaissons au quotidien.
Pierre Cardin, de son côté, a acheté le Palais Bulles pour pouvoir offrir un cadre idéal aux oeuvres d’art qu’il collectionne depuis des années.
César disait de la demeure qu’elle était « une grande  sculpture habitable ».
Quand à son propriétaire, il estime qu’elle est la réplique du paradis tel qu’il l’imagine…

Martine Bernier