Carnaval de Venise: derrière les masques…

4d44af80a2e85d03fe3bf7e70106617f

J’ai profité de ce dimanche matin plus calme que le reste de la semaine pour m’offrir quelques heures rien qu’à moi.
Au programme: dessin et visite à Pinterest (dont j’ai déjà parlé ici ) où je me suis amusée à créer un nouvel album de photos concernant le carnaval de Venise.
Ce programme continue à me fasciner: j’y réunis des images comme je le ferais dans une multitude d’albums qui prendraient beaucoup de place s’ils n’étaient pas virtuels…

Hier, donc, je me suis immergée dans l’univers des masques et des costumes somptueux de ce carnaval aux personnages envoûtants.
J’en ai déjà parlé une ou deux fois sur Ecriplume.
Mais là…
Je n’ai jamais vu autant de photos consacrées au sujets.
J’ai été happée par la mystérieuse beauté  de cet univers insolite.
Mais en regardant mieux les photos, je me suis interrogée.
Qui se cache derrière ces masques?
Qui peut s’offrir de telles parures?
De grandes fortunes ou des passionnés qui économiseront sou après sou pour s’offrir le costume de leurs rêves?
Qui sont les artisans qui les conçoivent et les réalisent?

1c01693d6a3b0ff196925cb1569fae16Sur les photos, il y a très visiblement deux sortes de participants grimés.
Ceux qui enfilent leurs costumes mais restent eux-mêmes et sont parfois mal à l’aise devant les objectifs, un peu patauds.
Et les autres…81ffbef6acc0f4f1b3b1be2b7a37b218
Ceux qui se glissent dans leurs atours et deviennent les personnages qu’ils incarnent, à la manière de comédiens.
Là, les clichés sont très différents.
Ils adoptent des poses naturellement gracieuses, se retrouvent entouré d’un halo de mystère, ne marchent pas mais semblent glisser vers la lagune.
En dehors de leurs proches, personnes ne connaît ceux qui se cachent derrière ces parures.
Peut-être sont-ils aussi beaux que leurs masques.
Mais peut-être aussi n’est-ce pas le cas.
Certains ont-ils des visages ingrats, des corps peu esthétiques… qu’ils peuvent assumer différemment le temps des quelques jours du carnaval?
Certaines robes révèlent des rondeurs imposantes… qui me réjouissent car elles prouvent que le rêve est accessible à toutes les tailles!

Au hasard de mes recherches, j’ai découvert deux photos très révélatrices, qui n’ont pas de lien entre elles.
Il s’agissait de femmes qui avaient cédé à la tentation de se faire photographier costumées, l’une dans son salon, l’autre à l’extérieur, sans doute chez elle, avec en fond des arbres sans feuilles, en look d’hier.
Elles ont ensuite diffusé ces images sur internet.
C’était un peu pathétique…
C’est là que j’ai compris que la magie des masques vénitiens est liée à la ville, à son architecture, à ses canaux, à son décor.

J’ai très envie d’en savoir plus sur les dessous du carnaval, côté coulisses et côté humain
Il va falloir que je me mette en chasse pour trouver un livre qui ne s’arrête pas qu’aux masques.

Martine Bernier

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.