Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 19 octobre 2014

Aujourd’hui, Ecriplume est en deuil.
Nous avons appris hier le décès de Walter, l’homme sans lequel  ce site n’existerait pas.
Walter était informaticien et faisait partie de mes contacts Facebook.
Il habitait en Belgique, moi en Suisse, et nous ne nous sommes jamais rencontrés autrement que par écrit ou par téléphone.
Tout a commencé en 2011 où je lui ai déposé un message pour le féliciter pour le très beau blog qu’il avait conçu pour notre ami commun Dominique Rougier,  dont les dessins et les photos nous charmaient déjà.
De fil en aiguille, nous avons parlé d’Ecriplume.
À l’époque, celui-ci se trouvait chez un hébergeur gratuit qui me limitait beaucoup , connaissait de fréquents problèmes techniques, et abreuvait le blog de publicité.
J’en avais assez, et je commençais sérieusement à envisager de m’acheter un nom de domaine pour m’offrir un espace de liberté vierge de toute publicité.
Walter a commencé à me donner des conseils, puis m’a expliqué que si je « dessinais » mon blog tel que je le souhaitais, et que je prenais contact avec un bon hébergeur, il se chargerait de la partie technique du projet.
Pendant plusieurs semaines, nous avons correspondu très régulièrement.
J’avais des envies précises, souhaitais que ce qui n’était au départ qu’un petit blog, devienne un site sur lequel plusieurs onglets permettraient aux lecteurs d’accéder aux différentes parties.
Je ne voulais pas d’un design type: mon voeu était de créer moi-même les fonds, avec des photos m’appartenant et d’autres existantes.
Il fallait recréer mon univers au premier coup d’oeil.
Patient Walter…
Lui qui aimait la sobriété se moquait gentiment de moi…
Mes fantaisies lui ont pris un temps fou… mais il a accédé à chacun de mes désirs.
Puis il a veillé sur Ecriplume discrètement, de loin.
Quand le site a été victime d’un hacker et que nous l’avons cru perdu à jamais, il a tout remis en place, l’a fait ressusciter en moins d’une semaine.
Et tout cela alors que je le savais surchargé de travail.
Jamais il n’a voulu que je lui paie un centime pour tout ce qu’il a fait.
Je n’ai jamais vu personne s’investir autant pour quelqu’un qu’il ne connaissait pas.
Et je sais ne pas avoir été la seule à  bénéficier de sa générosité et de sa gentillesse: plusieurs personnes se sont manifestées depuis hier, expliquant que Walter avait créé leurs sites gracieusement, par pure gentillesse.

Ces derniers mois, il se faisait plus discret encore.
Il me disait qu’il était surchargé de travail, et je le croyais.
En fait… il avait une santé fragile et je l’ignorais.
J’ai su qu’il a fait un séjour à l’hôpital voici quelques mois, mais quand nous en parlions, il me disait que tout était rentré dans l’ordre.
Hier, j’ai appris qu’il nous a quittés, et ça a été un gros choc, une grande tristesse.
Walter, le bon ange d’Ecriplume laisse derrière lui des personnes consternées et reconnaissantes, dont je fais partie.
Dominique écrivait hier sur son mur « Il y a quelques êtres qui rendent la vie meilleure pour ceux qui ont la chance de les croiser , ils sont rares, Walter en était un . »
Il a raison.
Walter ne voulait pas que son nom apparaisse, il voulait rester dans l’ombre.
Son prénom et son nom, resteront pourtant associés à l’histoire d’Ecriplume.
Je pense à sa famille et à ses proches, auxquels j’envoie toute ma sympathie.
Quant à lui,  je lui redis ce mot que j’ai dû lui adresser des centaines de fois en trois ans: merci…

Martine Bernier

Site de Dominique Rougier créé par Walter