Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 23 octobre 2014

89312_0_900x675_fe7a695368c15ea8d5758cd8b3c4c14517900fe3

L’histoire n’est pas propre à notre famille..
Chacun sait que la fête de Noël se prépare bien à l’avance, surtout  lorsqu’il y a plusieurs petits-enfants à gâter.
Vu le contenu de nos agendas respectifs, mon Capitaine et moi avons sauté hier sur l’occasion.
Un jour un peu plus léger pour lui comme pour moi nous a permis de prendre le chemin des magasins peu avant midi.
Et principalement dans  un grand magasin de jouets dans lequel nous avons effectué une véritable razzia.
Notre plan d’attaque était bien mis au point: quatre petits enfants, quatre âges différents et défense absolue de craquer pour un jouet idiot!
Notre mission: trouver des cadeaux  se rapportant aux goûts et aux besoins de chacun.
Et miracle… je crois que nous n’avons jamais été aussi efficaces!
Il restait encore une dernière catégorie: les « jouets de la maison ».
Le coin réservé aux enfants, que nous avons aménagé au salon, est alimenté régulièrement afin qu’ils ne s’ennuient pas lorsqu’ils sont chez nous.
Un jeu par-ci, un jouet par là…
Et hier, j’ai été transpercée par un immense coup de foudre.
Je suis restée en arrêt devant un objet qui a bercé ma jeunesse et que j’ai racheté à mes enfants lorsqu’ils étaient petits: un petit théâtre à marionnettes .
Celui que vous voyez ci-dessous, magnifique, tout en bois,  bleu avec des rideaux en satin rouge.
Mon Capitaine était un peu perplexe… moi pas.
Je connais le potentiel de créativité et de moments de petits bonheurs que peut réserver ce genre d’objets.
J’y pensais depuis quelques mois, en créant de petites marionnettes maison, et en achetant d’autres particulières.
Pas question d’acheter ces abominables choses à têtes en plastique mou et aux corps mal fagotés, (mal) fabriquées en série.
Elles sont hideuses et je n’ai aucune envie de les inviter à participer aux futurs spectacles des enfants.
Celles qui dorment dans le panier aux marionnettes du salon sont douces, légères, voire mousseuses pour certaines, comme l’âne gris.
En déballant le théâtre, mon Capitaine, ravi, a découvert qu’il avait été fabriqué dans le Jura.
Petit coup de pub au passage pour cette société française Vilac qui fait figure de référence depuis plus de 100 ans en matière de création de jouets en bois.

Entre nos bibliothèques remplies de bouquins et ce coin  jouets donnant sur nos « jardins suspendus »,  notre salon prend des airs un peu bohèmes qui feraient hurler les experts en décoration qui sévissent un peu partout au détour des émissions de TV.
Aucune importance:  les décorateurs ont la fâcheuse tendance d’oublier de réserver de la place pour les « coins bonheurs »…

Martine Bernier