L’armoire aux jouets

Années 60:
Lorsque j’étais enfant, j’habitais une maison sans charme, tout en hauteur, à l’intérieur assez biscornu.
La maison de mes parents et de ma grand-mère datait, je crois, d’après-guerre et s’étalait sur un rez-de-chaussée et deux étages agrémentés de deux étages dits intermédiaires, d’une cave, d’un grenier et d’une « courette », comme disait ma grand-mère.
Tout en haut, à l’étage où se trouvait la chambre de mes parents et celle que je partageais avec mon plus jeune frère, se trouvait un palier avec… le trésor de la maison.
Un grand placard mural à deux portes, large et très, très haut.
Mon père avait décrété qu’il s’agissait de « l’armoire des enfants ».
L’armoire aux jouets, aux crayons de couleur, aux objets pour enfants que mon père alimentait régulièrement à chaque occasion.
Y étaient entreposées des boîtes et des boîtes de  jeux de société qui nous permettaient de passer des heures de détente en famille.
Papa, en riant, l’appelait parfois « L »Armoire de la Paix »… pour la tranquillité qu’elle procurait lorsque nous nous laissions envoûter par un jeu.

Année 2014:
Dans le hall d’entrée de notre appartement se trouve… un placard mural, à une seule porte, celui-ci.
Nous y entreposions nos réserves de matériel de bureau et des objets hétéroclites  lorsque j’ai commencé à acquérir des jeux pour enfants, pour tous les âges.
D’abord un, puis deux, puis… beaucoup, pour arriver à un tel point que je songe sérieusement à vider entièrement l’armoire pour ne plus la consacrer qu’aux jeux de société.
Hier, je tentais de caser deux nouvelles boîtes lorsque j’ai réalisé que ce placard était la copie conforme de celui de mon enfance.
Sans même m’en rendre compte, je reproduisais l’exemple de mon père , comme je l’avais déjà fait lorsque mes enfants étaient petits.
L’Armoire de la Paix, épisode 2!

Martine Bernier

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.