Le rocher de Sisyphe

sisyphe

Avez-vous déjà entendu cette expression, au détour d’une phrase: « C’est un vrai rocher de Sisyphe »?
Elle se fait de plus en plus rare…
Aussi, lorsque je l’ai lue au détour d’une phrase d’un livre, il y a quelques jours, je me suis dit que, cette fois, je n’allais pas la laisser s’envoler sans chercher sa provenance.
Comme on pouvait s’y attendre, le parfum de mythologie qu’elle entraîne dans son sillage signe bien son origine.
« Le rocher de Sisyphe » symbolise, sous forme de métaphore, une tâche interminable.
Et l’expression n’a vraiment de sens que si l’on connaît l’histoire dudit Sisyphe, fils d’Eole et d’Enarété, et fondateur de Corinthe, selon la légende.
Ce brave Sisyphe avait trouvé le moyen de déclencher la colère des dieux de l’Olympe… ce qui, en soit, est une très mauvaise idée.
D’un naturel un peu chatouilleux, ceux-ci avaient décidé de le punir sévèrement.
Il fut donc condamné à gravier au sommet d’une montagne en faisant rouler devant lui un énorme rocher.
L’astuce de ces dieux décidément très fripons résidait dans le fait qu’une fois arriver en haut, le malheureux Sisyphe n’avait pas assez de place pour installer sa pierre… qui dégringolait aussitôt la pente en sens inverse.
Ce qui l’obligeait à recommencer, encore et encore…

Martine Bernier

 

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.