Le cerveau, ce grand mystère…

Hum…
Me revoilà.
Ne me demandez pas ce qui s’est passé: je n’en ai pas ou peu gardé de souvenir.
J’ai pourtant appris quelque chose d’intéressant au cours des dernières 36 heures: le cerveau est  bel et bien un univers en lui-même, extrêmement mystérieux.
Comme un ordinateur peut « bugger » et se mettre en veille, notre cerveau peut faire de même.
Trop de stress, d’émotions, de travail, une contrariété: n’importe quoi peut être la source de ce que l’on appelle « une amnésie temporaire globale ».
Personne n’est à l’abri, cela peut arriver à chacun d’entre nous.
Un voile noir, l’incapacité de comprendre ce qui se passe et d’enregistrer la moindre information nouvelle.
Comme un disque dur arrivé à saturation.
Toute la nuit qui a suivi cet événement, je me suis accrochée à deux feuillets sur lesquels mon fils aîné avait écrit les questions que je posais en boucle, et les réponses que je n’arrivais pas à retenir.
Deux petites bouées dans un océan d’incertitudes.

Quelques bonnes nouvelles, quand même, liée à cet étrange épisode:

– Pas de lésions: il s’agit bien, simplement, d’une mise en veille temporaire sur quelques heures de vie dont je ne me souviendra pas, semble-t-il.
– J’ai un mari et une famille en or…
– Une fois encore, j’ai été touchée et émerveillée par la gentillesse et la compétence de l’équipe médicale de l’Hôpital du Chablais (site de  Monthey) que j’ai pu côtoyer (et, j’imagine, dont j’ai oublié quelques visages!) durant mon séjour express. Partout, la même empathie.. Je pense notamment à l’infirmière de nuit dont je ne connais pas le nom, et à une jeune étudiante infirmière, Manon, qui ont illuminé ces étranges heures…

J’ai compris le message et vais rester tranquille jusqu’à lundi.
Enfin… je vais essayer.
Mais je n’ai pas pu m’empêcher de creuser un peu la chose…
Depuis toujours, les phénomènes liés à la mémoire me fascinent.
J’avais notamment consacré un court sujet à Clive Wearing, ce chef d’orchestre anglais dont la mémoire s’efface toutes les 30 secondes.
Clive Wearing

Hier, j’ai également appris l’histoire de l’oncle de l’un des anges gardiens qui ont veillé sur moi.
Ce monsieur, de langue maternelle française, s’est réveillé un matin en ne parlant plus qu’Espagnol, langue qu’il n’a jamais apprise.
Je fais très « petit joueur » à côté de cas aussi étonnants…

J’ai la plus grande compassion pour celles et ceux qui sont en ce moment confrontés à ces phénomènes angoissants…
Et beaucoup de reconnaissance pour les médecins, infirmières, et tous ceux qui ont pris soin de moi avec autant de finesse.
Dans le puzzle de ma vie, il manque désormais une pièce de quelques heures à laquelle je n’ai pas accès.
Mais, étrangement, la mémoire de ce qui a provoqué ce « bug », m’est partiellement revenue.
Et cela… je ne l’oublierai pas.

Martine Bernier

 

par

2 réflexions sur “Le cerveau, ce grand mystère…”

  1. Boesch Georgette

    Prends soin de toi ma petite Martine, lève un peu le pied et profite de tout ton petit monde qui gravite autour de toi. Je pense beaucoup à toi. Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.