Eclats de vie… de Colmar

Notre journée a été un patchwork de découvertes…
Ce matin, nous décidons de nous concentrer sur les musées de Colmar.
Direction le Musée Untertlinden où nous avons entendu dire que la collection  possédait un Monet.
Et chacun sait que, pour Monet… je peux faire des kilomètres!
Nous arpentons les rues piétonnes pour découvrir que le musée est en rénovation et qu’une exposition est présentée dans l’église des Dominicains.
Encore quelques centaines de mètres et nous prenons des billets pour… une exposition présentant notamment le retable d’Issenheim.
J’en parlerai plus tard… elle fut belle, mais sans Monet.

****

Après l’art religieux, direction le Musée du Jouet.
Une jolie surprise sur laquelle je reviendrai plus tard également.
L’endroit est attendrissant et mérite plus de deux lignes!

***

A midi,  fatigués par notre périple, nous cherchons le havre qui nous accueillera pour midi.
Et là… je ne sais quel bon ange nous a incités à pousser la porte du « Frichti’s », mais nous n’avons pas fini de le remercier!
L’annonce d’une terrasse à l’étage de ce restaurant discret nous avait tentés, mon Capitaine et moi.
A peine dans les murs, nous avons été charmés.
L’endroit est chaleureux, l’ambiance sereine.
Sur la terrasse ensoleillée, nous étions en dehors du temps, dans un havre de paix au niveau des toits.
Nous étions déjà ravis par la gentillesse des personnes qui nous accueillaient quand les premiers plats sont arrivés.
Et là… ce fut la plus étonnante et la plus belle surprise de la journée.
Une cuisine inventive, belle, élégante, savoureuse, inattendue, digne des plus grandes tables.
Derrière ces plats ce cache un jeune cuisinier vosgien: Logan Laug.
Chaque semaine, ce chef pétri de talent présente une nouvelle carte et se fixe de nouveaux défis, suivi par une équipe qui, visiblement, partage sa vision enthousiaste de la cuisine.
Il ne part pas dans tous les sens: chaque plat est réfléchi, assurant un parfait mariage des saveurs et une maîtrise idéale des assaisonnements.
Les assiettes sont comme des boîtes à surprise raffinées.
Les trois personnes qui servent en salle sont à l’unisson du chef: souriantes, sympathiques et visiblement heureuses de présenter des mets aussi bien  préparés.
Et en prime… les prix sont plus que raisonnables.
Si vous passez par Colmar, notez cette excellente adresse: Le Frichti’s, 21 quai de la Poissonnerie.
Et si vous souhaitez en savoir plus: Restaurant le Frichti’s
En m’y arrêtant, j’ai mieux compris le sens du mot « Bistronomie »!

***

Je suis sensible au travail des bénévoles, en règle générale.
A Colmar la population leur doit le Musée d’Histoire naturelle et d’Ethnologie.
Nous y avons fait un crochet: savoir que les collections abritaient des pièces issues de la civilisation égyptienne m’a intriguée.
Nous n’avons pas été déçus: bien présentées et bien tenues, les salles recèlent des trésors.
Là encore, le lieu mérite une petite visite: Musée d’Histoire naturelle

***

En fin de journée, mon Capitaine a voulu revoir Neuf-Brisach, en France,  et Breisach, en Allemagne, à cinq kilomètres de là.
La particularité de ces deux villes?
Avoir été dotées de fortifications signées  Vauban, le fameux grand architecte du Roi Soleil.
Son travail sur cette partie de la frontière est encore bien visible.
En le regardant, nous nous disions qu’il n’est pas étonnant que le travail de Vauban est désormais classé au patrimoine de l’UNESCO.
De cette journée, je garde encore le souvenir de quelques dessins d’Hansi, croisés au hasard d’une balade.
Lui aussi sera sur Ecriplume, un peu plus tard.

Martine Bernier

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.