Le bal des fleurs

Je me souviens vaguement du conte d’Andersen racontant que les fleurs avaient l’air épuisées, un matin… parce qu’elles étaient allées au bal la veille.
Mais je me rappelle avoir fantasmé pendant une bonne partie de mon enfance sur l’idée que les fleurs endossaient un rôle beaucoup plus actif la nuit, redressant la tête et dansant ensemble jusqu’au petit jour.
Je dessinais un peu partout des corolles aux pétales multicolores minaudant au bout de tiges ondulantes, se tenant pas les feuilles et s’élançant dans des valses interminables et gracieuses au son de musiques dont les notes ressemblaient à des gouttes de cristal…

Hier soir, peu avant minuit, un vent de tempête s’est levé.
Dans la soirée, un coup de tonnerre avait éclaté: je m’attendais à un « grain ».
En allant fermer la porte-fenêtre ouverte sur le balcon, j’ai vu le vent agiter les fleurs qui s’y trouvent.
Les roses perchées sur leurs longues tiges se balançaient, accompagnées par les surfinias, et toute la troupe de ces fleurs dont je ne connais pas les noms.
Je suis restée là avec Pomme pendant de longues minutes, à assister au spectacle.
Hier soir, les fleurs étaient au bal…

Martine Bernier

 

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.