septembre 2015
L M M J V S D
« Août   Oct »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 6 septembre 2015

la_2106f3ef77ac0e3619e98159e9b6febf5571366362658

21h45.
Pomme, qui, jusqu’alors, somnolait paisiblement, décide brusquement qu’il est l’heure de partir en chasse.
Et plus précisément d’aller infliger à une bonne correction à l’un de ses jouets, un pauvre cochon rose désossé.
À part arborer  un sourire béat et un regard niais, ce malheureux n’avait pourtant rien fait pour mériter ce qui l’attendait…
Il faut croire que c’était son heure.
Mon Mogwaï a fondu sur lui et a commencé à le secouer dans tous les sens.
La punition a duré une ou de longues minutes au terme de laquelle le goret avait l’air encore plus perturbé que d’habitude.
Quand elle a compris qu’il ne bougerait plus, Pomme l’a repris entre ses dents, et s’est approchée de moi à pas lents, le bidule rose pendouillant lamentablement.
Elle se comportait très exactement comme les lions et les lionnes de la savane ramenant leurs proies et attendant les félicitations du jury.
Seulement… Pomme n’est pas un lion, mais un bichon, ce qui rendait la scène extrêmement drôle:

– Wouaaa… Bravo Pomme! Tu as gagné! Et tu es très impressionnante!

Pour me récompenser de mon appréciation, elle a sauté sur le canapé à côté de moi, et s’est assise, toujours sans lâcher la bête, histoire que je puisse l’admirer de plus près, sans doute.

– Belle pièce! Et tu as réussi à l’avoir sans rabatteur, en plus. Tu me la donnes?

Non, mais!
Ça ne va pas?
Abandonner sa proie?
Jamais!
Elle a serré les mâchoires un peu plus fort, sans bouger.

Mon Mogwaï était donc retourné à ses instincts ancestraux …
De petit chien de compagnie, il était devenu roi de la savane.
Mais j’ai ma botte secrète, moi aussi.

– Tu ne veux pas la lâcher? Non, non, je ne vais pas te forcer. On va tenter autre chose… et sans te toucher, encore!

Je l’ai perfidement regardée et j’ai murmuré:
– Bisou, Pomme?

Sans hésiter, elle a couru vers moi, a lâché son cochon et m’a couvert le visage de léchouilles.
Je lui ai rendu son câlin sans même essayer de lui voler son butin: il ne faut pas décourager les beaux élans d’affection…

Martine