octobre 2015
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Catégories

Catégories

Quand je rentre dans une période de travail intensif, j’ai un « truc » bien à moi pour n’oublier aucune des tâches que je dois effectuer.
Je prends, dans le fond de l’un de mes tiroirs, une feuille A4 couleur fluo.
Rose, vert ou jaune bien claquants: je sais qu’elle ne passera pas inaperçue.
Et là, je commence à lister tout ce que j’ai à faire, petites et grandes missions.
C’est ce que j’ai commencé à faire avant de partir pour la petite semaine de congé, sachant que l’automne est toujours une période  bien remplie.
La feuille était bien fournie, mais parfaitement gérable.
Seulement voilà: même si je préviens bien à l’avance que je vais m’éclipser momentanément, il faut toujours que quelqu’un l’oublie ou ne respecte pas mon besoin de souffler un peu.
Cette semaine, ce fut le cas.
J’ai de plus en plus de mal à accepter cette façon de se comporter de la part de personnes qui pensent sans doute que je prends mon bureau et mon agenda professionnel avec moi en vacances.
Recevoir des mails m’indiquant de nouvelles demandes et destinés à attendre mon retour ne me dérange pas, évidemment.
Mais en recevoir d’autres m’incitant à répondre dans la journée car, la semaine suivante… la personne sera en vacances, me met de mauvaise humeur.
Depuis cette année, j’ai arrêté de me mettre en quatre, cherchant des connexions Wi Fi au milieu de nulle part, en pleine journée, interrompant notre programme pour répondre à ces demandes, écourtant même parfois les rares  vacances pour reprendre le travail plus tôt.

Bref, aujourd’hui dimanche, j’ai repris ma feuille pense-bête et j’y ai rajouté ce qui doit s’y trouver.
Conclusion: j’ai réalisé que si je ne voulais pas me retrouver dépassée dès lundi, il fallait que je commence à travailler dès aujourd’hui.
Me voilà donc devant mon écran, avec une pile de dossiers à prendre en main.
Ennuyée?
Même pas…
Et pour me mettre de bonne humeur pendant que la maisonnée dort encore, je réécoute cette chanson de Georges Moustaki qui, décidément, avait tout compris!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *