octobre 2015
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Catégories

Catégories

Matin.

– Dis?
– Oui?
– J’ai lu quelque part que Mistouko  pouvait également convenir aux hommes. Tu veux bien en mettre une goutte pour que je constate?
– D’accord.

Je tends le flacon à Celui qui m’accompagne.
Psccccht.
Re pssssccccht.
Et, plus inquiétant, troisième pssscccccht.
Or, Mistouko est un parfum fort, tenace…. mais il ne m’a pas laissé le temps de le prévenir.
A peine l’a-t-il appliqué qu’il tousse et s’écrie:
– Mais c’est horrible! C’est beaucoup trop fort! Et je sens la cocotte!
Fin du premier épisode.

***

Après-midi.
Mon Capitaine venait de commettre un gros impair qui m’avait irritée.
Après une petite heure de réflexion, il revient, penaud, me glisser à l’oreille « je suis bête… »
– Tu viens me dire pardon, là?
– Ben… oui, bien sûr.
Je lui tombe dans les bras en riant, et réussi à articuler:
– Tu sais, parfois, c’est TRES dur d’être ta femme.
– Et bien, dans ce cas, sois mon homme!
Re fou rire.
– Tu as de la chance de porter du Mitsouko. La prochaine fois que tu comptes faire une horreur, mets-en deux gouttes, je te pardonnerai plus vite.

***

La veille, Pomme m’a vue préparer ma valise en prévision de notre départ pour quelques jours de congé.
Dès qu’elle a réalisé que son ennemie refaisait son apparition, elle a sombré dans une déprime profonde et me l’a fait sentir.
Elle sait déjà qu’elle ne sera pas du voyage, ce qui, soit dit en passant, me brise le coeur… comme à chaque fois.
Pendant toute la durée de mes préparatifs, elle est restée assise à côté de moi, me regardant fixement de ses grands yeux dont je voyais le blanc, ce qui la rendait encore plus irrésistible.
Aujourd’hui, je lui explique que je vais m’occuper d’elle pour qu’elle soit toute belle pour ses nounous.
– Va vite au salon, j’arrive, je vais prendre les ciseaux et la brosse.
L’opération est délicate: il s’agit de la coucher sur le dos, bien calée dans mon bras gauche et  maintenue par des coussins, pour que je puisse atteindre les zones les plus inaccessibles de sa petite personne.
Elle me suit pas à pas.
Je m’installe sur le canapé et l’appelle.
Elle me rejoint et… file sur ma gauche, à la fenêtre, son poste d’observation.
J’en profite pour préparer mes « outils ».
Et quand je me retourne vers elle, je me rends compte qu’elle ne regarde pas à travers la vitre.
Non, contrairement à son habitude, elle est dos à la fenêtre, assise en équilibre  sur l’appui de fenêtre, s’est glissée dans le rideau qui la recouvre comme un voile de mariée.
Et elle me contemple à travers ledit rideau, comme convaincue qu’elle peut me regarder sans être vue.
C’est drôllissime.
– Pomme, je te vois… viens…
Elle arrive, tout doucement, se laisse faire.
C’est un moment de grande intimité, de complicité totale, de confiance.
Je lui parle, lui explique que nous allons revenir, que nous partons très peu de temps, qu’elle sera bien chez Yann et Jee, qu’elle va retrouver Kim, Nawee et Timoté..
Dès que mon visage s’approche à moins de 20 cm du sien, elle se redresse et me gratifie d’un « bisou chien ».
Mon tendre Mogwaï…

Vous l’avez compris, Ecriplume va respirer le bon air du dépaysement.
Mais il ne s’arrêtera pas, si dieu wi-fi veut bien être de notre côté.
Dès dimanche, il sera en mode clavier buissonnier et carnet de voyage!

Martine Bernier

2 réponses à Moments d’avant départ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *