novembre 2015
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Catégories

Catégories

Archives mensuelles : novembre 2015

 

2-261-4Auguste Racinet était dessinateur et lithographe français, né en 1825 et mort en 1893.
A priori, il y avait donc peu de chances pour que nos chemins se croisent…
Il y a un peu plus d’une semaine, dans une libraire de Thonon, mon attention a été attirée par un livre.
Ce n’était pas la première fois que je le voyais, mais cette fois, je l’ai acheté.51KVJRZCXYL
Son titre: Le costume historique, par Auguste Racinet.

Ce  volume épais a été publié à l’origine en France entre 1876 et 1888, et l’auteur y représentait l’étude la plus complète et la plus pertinente jamais entreprise jusqu’alors sur l’histoire de l’habillement.
A l’origine, l’ouvrage couvrait, en six tomes, l’histoire mondiale du costume, de la mode et du style, depuis l’antiquité jusqu’à la fin du XIXe siècle.
Une sorte de Bible du costume, dessinée avec minutie dans des décors adaptés à chaque époque.
racinetChaque illustration est une perle de finesse et de précision.
Fascinant à parcourir…
J’ai de l’admiration pour ceux qui ont conçu une oeuvre à laquelle ils ont voué toute ou une grande partie de leur vie.
Monsieur Racinet en fait partie…

Martine Bernier
phpThumb_generated_thumbnailjpg

Il est passé minuit quand une douleur terrible m’arrache à mon sommeil.
Dans un premier temps, j’applique mon traditionnel « ça va passer ».
Mais il suffit de quelques secondes pour réaliser que non, elle ne passera pas.
Elle est revenue.
Cette première douleur a sonné la fin d’une « à peu près » accalmie qui aura duré environ deux ans.
Mince.
Elle a choisi une nuit où je suis seule pour me rendre visite.
C’est gênant.
J’appelle le numéro d’urgence.
Mais à l’autre bout du fil, le médecin qui me conseille deux calmants ne me connaît pas.
Quelques heures plus tard, je vis l’enfer.
Je sais que je vais devoir rappeler les urgences et que Pomme va terminer sa nuit seule.

Je préviens mon Capitaine, et mon fils cadet.
Et celui-ci a une réaction à laquelle je ne m’attendais pas: il enfourche son scooter et fait près d’une heure de route pour me rejoindre et m’accompagner!
Un peu plus tard, le scénario classique reprend: les gyrophares de l’ambulance dans la nuit, la gentillesse et la compétence des ambulanciers, puis les urgences et la décision du médecin de ne pas me relâcher.
Classique…
J’intègre le plus discrètement possible une chambre dans laquelle repose déjà une dame.

Le lendemain, alors que je crois avoir dépassé le problème en fin de nuit, le scanner révèle bel et bien que tout est rentré dans l’ordre d’un côté, mais que mon cher petit Gérard, rein gauche suffisamment facétieux pour mériter un prénom, m’a préparé une double surprise qui ne devrait pas tarder à me mener dans un pétrin identique à celui vécu en 2010.
En sortant de l’hôpital avec mon fils aîné, magnifiquement présent lui aussi, je sais  que je vais devoir avancer d’urgence mon rendez-vous avec mon chirurgien et que nous allons entrer dans une nouvelle série compliquée.
Voilà voilà.
Pas de problème: le tout pour moi est de ne pas subir, mais d’aller au-devant de ce qui va se passer.
Après tout, comme le dit mon ami Jean-Paul: « On va tenir comme à Verdun! Les Béliers, ça résiste cornes en avant! ».
Ne riez pas: sa façon de me consoler est très efficace!

Ce que je retiens de cet épisode piquant n’a rien à voir avec moi ou presque.
Au petit matin, j’ai fait connaissance avec la personne dont je partageais la chambre.
Linda.
Nous avons découvert que nous habitions le même village sans nous être jamais rencontrées.
Et dans le huis clos de cette chambre d’hôpital, elle m’a confié la raison pour laquelle elle était là.
En quelques jours, elle a appris une série de nouvelles lourdes à porter concernant sa santé.
Jusque là, elle n’avait pas craqué.
Et là… elle a parlé, parlé, pleuré…
Ce moment est celui qui a le plus compté au cours de ces heures.
Le lieu, les circonstances font, comme j’en ai souvent fait l’expérience auparavant, que des relations très fortes se créent dans les sites hospitaliers.
Avant de partir, je lui ai donné ma carte et nous avons partagé un moment plein d’émotion.
Elle dormait quand j’ai quitté la chambre.
J’ai déposé un petit mot à côté d’elle.
Je n’ai oublié aucune des personnes avec lesquelles j’ai vécu ce genre de moment à chaque fois que j’ai été moi-même opérée ou confrontée à une hospitalisation d’urgence.
Je n’oublierai pas Linda non plus, d’autant que j’espère qu’elle a compris qu’une carte de visite est faite pour être  utilisée…

Martine Bernier

 

carrc3a9-avec-les-noms

La première fois que j’ai entendu parler de la pédagogie des Octofun, j’ai très vite réalisé que Françoise Roemers-Pumey avait eu une excellente idée.
Cette institutrice belge formée à la méthode des intelligences multiples d’Howard Gardner a créé ces  boules d’énergie permettant à chacun de découvrir ses différentes facultés à l’aide d’un outil: les Octofun.

Françoise Roemers-Pumey  explique qu » il est important de comprendre que ce ne sont pas des personnages mais bien des boules d’énergie que nous avons tous en nous. Cette différence est fondamentale pour les enfants. Ils prennent très vite conscience de celles parmi leurs boules d’énergie qui sont petites et de celles déjà bien puissantes. Un lien d’affection se crée rapidement avec les Octofun qui sont en eux … avec leurs Octofun ! Cette conscience et ce lien d’affection changent complètement l’approche des enfants à l’apprentissage et sa dynamique : ils travaillent pour faire grossir leurs boules d’énergie et non plus pour faire plaisir à papa et maman, ou à madame ou monsieur.

Cette famille est donc composée de huit boules d’énergie colorées:

– Vitafun, le multicolore, aime observer, classer, respecter la nature. Il est intelligent avec la nature.
– Mathifun, le violet, aime organiser, analyser, compter. Il est intelligent avec la logique et les nombres.
– 3Dfun, le bleu foncé, aime regarder, dessiner, colorier. Il est intelligent avec les images.
– Alphafun,le  bleu plus clair, aime lire, écrire, raconter. Il est intelligent avec les mots.
– Multifun, le vert, aime partager, s’amuser avec ses copains, réconcilier. Il est intelligent avec les autres.
– Funégo, le jaune, aime être seul, utiliser ses forces, se concentrer. Il est intelligent avec lui-même.
– Mélofun, l’orange, aime chanter, siffler, jouer d’un instrument de musique. Il est intelligent avec les sons et la musique.
– Bodyfun, le rouge, aime bouger, toucher, manipuler. Il est intelligent avec le corps.

Vous commencez à comprendre le principe?
La reconnaissance des intelligences multiples ouvre la porte au respect des différences de chacun et révèle les multitudes de manières de s’épanouir et de laisser une trace dans ce monde.
Cette pédagogie s’appuyant sur les Octofun est intéressante pour tous, particulièrement pour les enfants en difficulté scolaire.
Son univers se base sur « la positive attitude pour apprendre » et permet notamment à l’enfant de découvrir et de connaître ses qualités,  ses intelligences multiples et le potentiel formidable qu’elles déclenchent lorsqu’elles sont associées les unes aux autres.
Le principe de base est simple et comporte quatre grands principes:
– Chacun de nous possède ses 8 Octofun.
– Tout au long de sa vie, on peut constamment développer chaque Octofun.
– Souvent, les Octofun agissent et s’amusent ensemble.
– Il y a de nombreuses manières d’utiliser chacun d’eux.

Parce que le sujet m’intéresse et que j’avais envie de contribuer à le faire connaître, j’ai pris contact avec Aurélia, la fille de Françoise Roemers-Pumey, et elle a eu la gentillesse de me faire parvenir le matériel en lien avec les Octofun.
J’ai donc passé ma soirée d’hier à découvrir cet univers ludique et c’est parce que leur utilisation  simple et intelligente m’a séduite que j’en parle aujourd’hui.
Car non seulement le Guide méthodologique pour les enseignants: La pédagogie des Octofun peut intéresser les instituteurs et leur donner de nouvelles pistes dans leur façon d’aborder leurs élèves,  mais, en plus, un jeu de cartes, un petit livre d’activité et livret Notre famille Octofun permettent de poursuivre l’aventure chez soi, à travers des activités drôles, créatives et intelligentes.
Des animations qui permettent de développer des méthodes de travail et d’organisation différentes en fonction de chaque enfant.
Un exemple?
Multifun, le vert, tourné vers les autres, vous vous souvenez?
Pour mieux travailler, il pourra apprendre par le jeu avec les autres (scrabble, jeux de cartes…), expliquer à quelqu’un ce qu’il vient d’apprendre, travailler avec les autres pour partager ses idées, réaliser des projets de groupe, aider et les autres à résoudre leurs problèmes…

Une prise de conscience de ses aptitudes multiples et une méthode joyeuse pour découvrir comment  les utiliser: une excellente manière d’aborder la vie et l’étude de façon sereine…

Martine Bernier

Les Octofun