La pagode du duc de Choiseul

 

Chanteloup_Pagoda,_2003_(2)S’il y a dans l’histoire un homme qui m’intrigue, c’est bien le duc de Choiseul (1719-1785).
C’était un homme de pouvoir puisque cet homme d’Etat français était considéré comme le vice-roi de France de l’époque.
Il a participé à des campagnes militaires, a mené une carrière diplomatique brillante et, avouons-le avait une fâcheuse tendance à manipuler ceux qui pouvaient lui être utile.
Cet homme d’esprit, souvent ironique, parfois cynique, régulièrement roué et amoral était, semble-t-il, un jouisseur, un politicien controversé, génie pour les uns, détestable pour les autres.

En 1775, alors qu’il revenait de son exil de la cour du roi Louis XV, il eut une idée.
Il décida de faire construire ce qu’il estimait être un Monument dédié à l’Amitié, en hommage à ceux de ses amis qui ne l’avaient pas abandonné durant sa disgrâce.
C’est ainsi qu’est née la Pagode de Chanteloup, en Touraine, près du château d’Amboise, un monument de 44 mètres de haut et de sept étages qui, plusieurs siècles après sa construction, étonne toujours autant ceux qui la regarde.
Il se situait à l’époque dans le parc de son château du même nom.
Edifiée sur le modèle des lieux de cultes bouddhistes, cette pagode correspondait aux goûts de l’époque.
L’Orient était alors à la mode depuis que les Hollandais, qui possédaient des comptoirs en Chine, inondaient l’Europe de porcelaines exotiques.
A la mort du duc, son château de Chanteloup a été démantelé.
Sa belle chinoiserie est, elle, restée plantée au coeur d’un parc de 14 hectares…

Martine Bernier

 

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.