Les Dames de la Côte et le monde de Nina Companeez

Il y a un an presque jour pour jour, nous quittait la réalisatrice Nina Companeez.
J’aimais beaucoup cette dame à laquelle nous devons quelques bijoux que je n’ai pas oubliés…

 

la-realisatrice-et-scenariste-est-decedeeVous souvenez-vous de la mini série: les Dames de la Côte?
Elle racontait l’histoire de trois familles bourgeoises et de leurs domestiques, sur les côtes normandes.
Le récit se situe de 1911 à 1921, alors que la guerre vient bouleverser le vie du monde.
Les personnages étaient campés par des acteurs magnifiques comme Denise Grey, Françoise Fabian, Edwige Feuillère, Fanny Ardant, Francis 3322069907876Huster, Michel Aumont et tant d’autres…
Les interactions entre chacun d’eux, les décors, le scénario, les costumes ont contribué à faire de cette série un succès.
Nina Companeez, sa réalisatrice, m’avait enchantée…

Quelques années plus tard, je découvrais une deuxième série réalisée par ses soins: Le chef de famille.
Et je me suis laissée capter une fois encore par cette histoire de famille pourtant bien différente, dans laquelle nous retrouvions avec un vrai bonheur quelques-uns de ses acteurs fétiches: Fanny Ardant, éblouissante, Edwige Feuillère, Francis Huster, auxquels sont venus s’ajouter la pétillante Micheline Dax, et, notamment, Dominique Blanchar.hqdefault
C’était en 1982.

En 1995,  Nina Companeez m’a offert ce que j’ai considéré comme un cadeau personnel bien que je ne l’aie jamais rencontrée.
On peut rêver!
Elle a adapté pour la télévision l’un des livres que j’ai le plus aimé et que j’aime toujours autant aujourd’hui: L’Allée du Roi de Françoise Chandernagor.
Le téléfilm, en deux parties, retraçait donc l’histoire de Françoise d’Aubigné, veuve Scarron devenue l’épouse de Louis XIV et marquise de Maintenon.
Après avoir tellement aimé le livre et cette écriture raffinée, j’avais tellement peur d’être déçue…
Ca n’a pas été le cas.
Le jeu de la formidable actrice Dominique Blanc, celui de Didier Sandre, rayonnant dans son rôle de Roi Soleil,  et, une fois encore, la distribution, les décors, les costumes: tout m’a captivée. affiche_jpg_140x205_crop_upscale_q95

Tout ce que j’ai vu de Nina Companeez m’a émerveillée.
J’ai aimé son travail, son regard, son talent, sa sensibilité, sa personnalité.
J’avais envie de lui envoyer une pensée.

Martine Bernier

 

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.