La réincarnation… et si…?

Comme tout le monde, à différentes période de ma vie, je me suis interrogée sur le sujet de la réincarnation, et j’ai lu plusieurs ouvrages traitant du sujet, en m’attardant notamment sur la philosophie tibétaine en la matière, puis sur les écrits de l’anthroposophe Rudolf Steiner.
Puis Jee, notre Fleur d’Asie, est rentrée dans notre famille.
Sa culture thaïe est indissociable du bouddhisme qu’elle pratique fidèlement.
Nous en parlons quelquefois et je suis toujours frappée par ses réponses, par cette foi si respectueuse du vivant.

Il y a deux ou trois semaines, par hasard, je suis tombée sur deux ouvrages que j’ai commandés.
J’ai terminé le premier il y a deux jours: Une vie avant la vie, 40 ans d’études scientifiques sur des cas de réincarnation d’enfants.
J’avais envie d’en apprendre plus sur ces témoignages de très jeunes enfants âgés parfois d’à peine 2 ans, donnant des précisions étonnantes sur des souvenirs qui ne semblent pas leur appartenir.
Les enquêtes menées à leur sujet et relatées dans ce livre sont poussées, et la plupart des résultats semblent inexplicables.
Toute une partie de l’ouvrage est ensuite consacrée à l’éventuelle réalité de la réincarnation, aux arguments pour ou contre, aux explications avancées.
Je vous en  confie un extrait:

En physique, des concepts liés à la relativité et à la mécanique quantique ont déjà démontré que l’univers tel que nous le comprenons actuellement est très différent de ce que nous en percevons au quotidien.
De même, la plupart d’entre nous ne sommes conscients que de notre propre conscience, et encore, grâce à notre cerveau. 
De fait, on pourrait avoir du mal à pleinement accepter les indications tendant à prouver que la conscience est un facteur plus universel dépassant ce qui semble se passer dans notre cerveau.
Si la conscience est un élément fondamental  de l’univers, alors il nous faut nous demander si l’on peut logiquement penser qu’elle n’est que le sous-produit du fonctionnement cérébral.
(…) On peut supposer qu’une composante fondamentale de l’univers, si la conscience est bien cela, existe indépendamment de l’univers ici sur Terre.
Même si notre vécu quotidien peut nous faire dire que notre conscience commence à notre naissance et se termine à notre mort, une alternative raisonnable consiste à dire que notre cerveau est un véhicule utilisé par la conscience au cours de la vie et que la conscience existait avant notre naissance et peut se prolonger après notre mort jusqu’à ce que l’on trouve un autre véhicule dans un autre corps.

Ce n’est qu’un très court extrait, et les témoignages étayés dans cet ouvrage interpellent.
Quant à moi, je continue mes lectures avec le deuxième livre, sans doute encore plus surprenant que le premier.
Et l’impression que, comme le disait Jean Gabin: je sais une chose, c’est que je ne sais rien. Mais ça, je le sais.

Martine Bernier

Une vie avant la vie, 40 ans d’études scientifiques sur des cas de réincarnation d’enfants. Dr Jim B. Tucker, Dervy, collection Grandes Enquêtes dirigée par Stéphane Allix.

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.