Catégories

Catégories

Archives quotidiennes : 4 juillet 2016

– Allo, Madame Bernier? Je ne sais pas si vous vous souvenez de moi. Je suis Monsieur X…

J’avais consacré un article à ce monsieur il y a quelques années… et je ne l’avais pas oublié.

– Oui, bien sûr! Bonsoir, Monsieur, vous allez bien?
– Oui, merci, et vous?

Nous échangeons quelques banalités, il s’excuse de m’appeler un dimanche soir… la veille de son départ en vacances.
Mais il avait une mission à remplir:

– Vous souvenez-vous de mon fils?
– Très bien, oui… Il traversait une période difficile lorsque je l’avais rencontré…
– C’est vrai. A ce moment-là il était sur le point d’abandonner ses études. Je ne sais pas pourquoi il s’était confié à vous. Il est plutôt renfermé, d’habitude. Et vous lui aviez parlé.
– Je m’en souviens, oui… Est-ce que la situation s’est dénouée pour lui?
– Il m’a demandé de vous appeler. Vous lui aviez dit une phrase qui ne l’a plus quitté depuis votre rencontre…
– Nous nous étions dit beaucoup de choses!
– Vous lui aviez confié que vous étiez convaincue que le chemin vers la liberté passait par la formation, que ce soit les études ou l’apprentissage.
– Je le pense toujours, même si cela peut paraître un peu pompeux…
– Non, non, ça ne l’était pas! C’est devenu sa devise. Finalement, il a suivi votre conseil. Il n’a pas abandonné ses études, mais il s’est réorienté. Il vient de  décrocher son diplôme et a trouvé du travail. Et il voulait que vous sachiez qu’il vous remercie. Il m’a dit: « dis-lui que c’était vrai! »

J’ai pris cette phrase comme un boulet de canon.
Je dois être un peu bizarre, mais… j’étais très gênée.

– C’est une merveilleuse nouvelle! Bravo à lui! Vous avez un garçon formidable, qui ne doit sa réussite qu’à lui même. Mais je suis très touchée qu’il se soit souvenu de notre conversation.
– C’est bien plus que cela, vous savez… Vous l’avez écouté, et vous lui avez dit exactement ce qu’il fallait, au moment où il en avait besoin. Alors… merci de sa part, mais aussi de la mienne!

Je sais, ça a l’air bête, mais… même si je ne l’ai pas montré, j’ai vécu là un grand moment d’émotion.
Le pouvoir des mots… ces mots que nous prononçons parfois sans l’espoir d’être entendus, ces mots que nous croyions perdus et dont nous apprenons un jour qu’ils ont été utiles…
Requinquant!

 

Martine Bernier