Les dessous du cinéma

Il est fréquent, lorsque nous allons au cinéma, que nous y retrouvions des amis ou des connaissances.
Ce mardi, le scénario s’est reproduit.
Nous étions à peine installés qu’une dame très souriante est venue s’installer à côté de moi et a entamé la conversation, nous expliquant qu’elle faisait partie du Ciné-Club… auquel ont également adhéré plusieurs de nos amis.
Je savais donc, après qu’elle m’ait confié que ce soir-là avait lieu une séance du club juste après la projection, que nous verrions probablement quelques visages connus.
Et nous n’avons pas été déçus: ils étaient là, à une exception près, ce qui nous a permis de terminer notre soirée en beauté.
Mais au milieu de ces retrouvailles, j’ai vécu quelque chose qui m’a marquée.
Deux dames me regardaient avec insistance et ont fini par me demander si j’étais belge « moi aussi ».
J’ai demandé en riant si mon accent était tellement présent mais… il ne s’agissait pas de cela.
L’une d’elles me connaissait ou, en tout cas, m’avait connue alors que j’habitais dans une station de montagne vaudoise.
L’époque à laquelle elle m’a connue date de plus de 30 ans.
Si son visage me rappelait en effet quelque chose, je n’arrivais pas à me souvenir…
Elle, en revanche, se souvenait bien de moi.
Elle m’a cité le nom d’une amie commune, m’a expliqué qu’autrefois, elle portait les cheveux longs et blonds.
Je me souviens très vaguement, mais je pense qu’une photo d’elle à l’époque suffirait à battre le rappel de mes souvenirs.
De nombreuses jeunes femmes belges venues pour une saison en Suisse y étaient restées et s’y étaient mariées.
Et, ce soir, nous étions là à évoquer les trésors de nos régions d’origine respectives.
C’était insolite, amusant, inattendu…
Après avoir pris congé, nous avons continué à remonter la file qui patientait devant la porte de la salle, ce qui m’a permis de revoir une autre amie et l’un de mes anciens médecins que j’appréciais beaucoup.

Décidément… les séances au cinéma ne sont pas anodines quand nous nous rendons côté vaudois!

Martine Bernier

par

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.