décembre 2016
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Catégories

Catégories

Archives mensuelles : décembre 2016

Je n’ai jamais fait autant de pâtisserie de ma vie!
Vendredi matin, je réinvestis la cuisine et j’y passe cette fois trois heures.
But de l’opération: refaire une nouvelle fois de ces biscuits qui ont trouvé leur public!
C’est long, un peu ardu, mais j’insiste et, pour l’occasion, je remplis une grande boîte en fer blanc.
Après avoir rangé et nettoyé la cuisine, je pousse un soupir de soulagement: promis juré, ce sont les derniers biscuits de l’année!
Hum… ah oui, c’est vrai 2017 commence dimanche…
L’après-midi et le soir, moments de grâce: mon Capitaine pioche dans la boîte et déguste mes oeuvres pour accompagner son café…

******

Cette nuit, je me lève vers 3 heures du matin pour soigner mes  yeux blessés.
Retour dans la chambre en mode radar.
Je ferme la porte et me recouche.
Ce matin, 6 heures, je me relève.
Et en ouvrant la porte, je découvre… une petite boule de poils noire blottie dans le coin de la porte.
– Pomme!!! Mais… qu’est-ce que tu fais là??

Dans la nuit, je n’ai pas vu qu’elle quittait la chambre, sans doute pour aller boire dans la cuisine.
Et je l’ai laissée dans le couloir, chose qui ne lui est jamais arrivée en 7 ans de vie commune.
– Mais… pourquoi n’as-tu pas jappé? Je serais venue t’ouvrir!

Non seulement elle n’a pas signalé sa présence, mais, en prime, elle n’est pas allée poursuivre son sommeil dans l’un de ses autres paniers disséminés dans l’appartement, ou même sur le petit tapis qui se trouve à quelques centimètres de la porte de la chambre.
Non, elle a préféré se coucher sur le sol glacé, le plus près possible de la porte.
Il faisait froid.
Lorsqu’elle m’a retrouvée,  elle m’a réservé une fête débordante de tendresse avant de se précipiter dans son panier, à côté du lit.
Je suis retournée me coucher, mais pas sans avoir vérifié qu’elle était bien là.
Nuit mouvementée pour mon petit Mogwaï!

*****

Nous ne changeons pas: ni mon Capitaine ni moi ne sommes des adeptes de la St Sylvestre.
Ce soir, nous passerons la soirée avec un couple d’amis, en mode intime et chaleureux.
Et nous en arrivons déjà à la grande page des voeux…
Comme s’ils pouvaient vraiment changer le cours des choses.
Bon, voyons….
Je vous souhaite  le précieux double cadeau de la santé et de l’amour.
Je souhaite que les êtres sans conscience qui créent des situations de souffrance réalisent le mal qu’ils ont fait.
Je souhaite que les hommes qui les ont perdus retrouvent l’équilibre, le sens et l’importance des valeurs, le goût du savoir et de la culture.
Je souhaite que chacun de nous comprenne enfin que, dans nos gestes quotidiens, nous devons rester au chevet de la Terre, attentifs à ses besoins.
Je souhaite tant de choses… que le monde redevienne un endroit où il fait bon vivre, que les déracinés puissent retrouver le chemin de leur vie, que la folie des hommes se transforme en compassion, que personne n’ait plus à trembler, que la vie soit respectée partout sous ses moindres formes, humaine, animale et végétale…
Oui, je sais, je me lâche.

Qui sait… peut-être que tous ces voeux qui seront formulés cette nuit et au cours de ces prochains jours, trouveront un écho quelque part?

Martine Bernier

Sachant sans doute que j’hésitais depuis des mois à m’en procurer un  sans faire le pas, le Père Noël a placé sous le sapin, à mon intention, un flacon de Météorites Base Perles Perfectrices de Guerlain.
Un produit luxueux et très particulier par sa forme: la base de maquillage qu’elle contient ne se meteorites-base_1présente pas sous forme de crème  mais de perles rosées.

 

Lorsque je me suis retrouvée en tête à tête avec lui dans la salle de bain, j’ai passé un temps fou à le regarder.
Ces billes sont étonnantes… mais comment ont-ils réussi à encapsuler le contenu??
J’ai pris un peu de produit à l’aide du flacon pompe qui, au passage, le transforme en gel onctueux et frais doté, comme les produits de cette gamme, de cette légère touche de parfum à la violette.
Avec ses reflets nacrés, irisés, c’est séduisant au possible.

Evidement, cette base ne peut pas se contenter d’être belle.
Elle est également censée préparer le maquillage en apportant un halo anti-terne.
Je suis convaincue que, sur une peau jeune, l’effet doit être ravissant.
Mais sur la mienne, c’est-à-dire sur celle d’une femme plus proche de la soixantaine que de la cinquantaine, comment allait-elle réagir?
Elle allait avoir du travail!
D’autant que, ces temps-ci, l’hiver et la fatigue ont tendance à brouiller le teint.

Après avoir appliqué ma traditionnelle crème de jour, j’ai donc tenté l’expérience.
Pour unifier le teint et corriger délicatement les couleurs, la technique utilisée est celle de poudres absorbantes nacrées et de polymères neutralisant au passage les excès de sébum.
Verdict: peau légèrement plus matifiée, prête à accueillir le maquillage qui « tient » sur un socle solide.

Expérience concluante!

Martine Bernier

 

Les mathématiciens ont une tournure d’esprit fascinante..
Ils voient le monde sous un angle très particulier qui leur apporte des réponses sans doute jubilatoires à leurs questions.
Parmi eux, Walter William  Rouse Ball  (1850 -1925) était anglais, connu pour ses travaux notamment sur les fameux carrés magiques.5935598_116978357924
Mais il  s’était penché également sur ce qui représentait à ses yeux un problème topologique: les labyrinthes.
Le professeur en avait édifié un dans son jardin, il y a plus de cent ans.
C’était un véritable casse-tête que personne n’était capable de résoudre s’il ne tenait pas compte d’une règle de base qui stipulait qu’il fallait toujours tourner du même côté.
Si vous dérogiez à cette règle, vous pouviez errer durant des heures sans espoir de sortir.

Depuis la nuit des temps ou presque, un dessin circule dans le monde entier.
Un plan qui sert de base à ceux qui souhaitent créer leur propre labyrinthe.labyrinthe-1

Il commence par une croix, quelques points et des boucles tracées en fonction d’un plan précis.

Le labyrinthe du jardin de Rouse Ball n’existe plus, apparemment.
Mais ses travaux sur les polyèdres, le parcours des pièces d’échecs, les carrés magiques, la topologie etc inspirent encore les passionnés d’aujourd’hui.
La preuve?
Ses travaux se sont retrouvés dans un livre bien longtemps après sa mort, livre qui, en 1987 en était à sa treizième réédition.

 

Martine Bernier